Sondage exclusif - Les Français grandement préoccupés par l'insécurité et le Covid-19

Dans cette étude Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews, la santé apparaît comme tout à fait prioritaire pour 82 % des Français. Si "l'important, c'est la santé", il ressort désormais clairement - et ensuite - que les Français ont un grand besoin de sécurité.

Les violences et heurts qui ont suivi la défaite du PSG en finale de Ligue des Champions ont cristallisé les tensions actuelles et l'inquiétude des Français face à la montée de insécurité. (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)

C'est un sondage qui devrait faire beaucoup de bruit, à l'aune de la rentrée, des bonnes résolutions et donc, des préoccupations des Français. Selon cette étude IFOP-Fiducial pour Sud Radio et CNews, les Français sont plus pessimistes quant à l'avenir, inquiets face à l'insécurité et à l’épidémie de Covid-19. L'Europe est la cadette des sujets à traiter en priorité. Voici les grands traits de ce sondage, en exclusivité.

 

En juin 2020, les Français étaient plus optimistes que pessimistes, c'est désormais l'inverse en ce mois d'août. 56 % des sondés se disent pessimistes et inquiets face à l'avenir, pour eux-mêmes et leurs enfants. La grande question subsidiaire n'est autre que "pourquoi ?"

La lutte contre l'épidémie de Covid-19 est considérée comme "tout à fait prioritaire" pour 78 % des Français, et vient juste derrière, la lutte contre la délinquance pour 70 % d'entre eux. Viennent ensuite - et dans cet ordre - la lutte contre le chômage, l'éducation, puis la sécurité et la lutte contre le terrorisme. Si les politiques s'écharpent sur la légitimité du terme "ensauvagement" utilisé par Gérald Darmanin dans le Figaro, le 24 juillet, le sentiment de la population ne ment pas sur les préoccupations premières.

Ce qui détone d'autant plus, c'est ce chiffre éloquent : en septembre 2018, l'Ifop recensait 45 % d'opinions considérant la lutte contre la délinquance comme "tout à fait prioritaire". Deux ans plus tard, mois pour mois ou presque, ce chiffre est de 70 %, soit une augmentation de deux tiers.

 

  • Enquête menée auprès d'un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Basée sur la méthodologie des quotas avec pour appui, un questionnaire auto-administré en ligne, entre le 25 et le 27 août 2020.