Rocco Contento : "la police ne pourra pas être sur tous les fronts en même temps"

Rocco Contento, secrétaire régional adjoint Paris et porte-parole Ile-de-France du syndicat UNITÉ SGP POLICE, était l'invité d'Arthur de Laborde dans "Les vraies voix" le 16 juillet 2021 sur Sud Radio.

Rocco Contento, invité d'Arthur de Laborde dans "Les vraies voix" sur Sud Radio.

Le pass sanitaire sera obligatoire dans les bars, cafés et restaurants à partir de début août 2021. Les forces de l’ordre seront missionnées pour contrôler ces établissements pour s’assurer qu’ils ne laissent pas entrer des personnes non munies d’un pass sanitaire. Qu’en pensent les policiers eux-mêmes ?

 

Rocco Contento : "le ministère de l’Intérieur veut toujours plus"

Selon Rocco Contento, la police, qui croule déjà sous la multitude de missions, ne sera pas en mesure d’être sur tous les fronts. "Ce sera impossible, clairement, par rapport aux ressources. Vous imaginez le nombre de restaurants sur le territoire national ? Déjà qu’on travaille à flux tendu. On aura aussi à surveiller les personnes positives à l’isolement. Les collègues sont clairement réfractaires à effectuer ce genre de missions, je vous le dis.

Pour la surveillance des personnes positives à domicile vous pouvez envoyer les inspecteurs de la CPAM, et pour les restaurants, d’autres agents issus du ministère de l’Intérieur peuvent les contrôler. Nous avons déjà beaucoup de missions, notre métier est de lutter contre la délinquance. Le ministère nous demande de prioriser la lutte contre l’immigration irrégulière. Il nous a récemment demandé de vider les placards des procédures de violences conjugales… Ils veulent toujours plus. Nous, on ne pourra pas être sur tous les fronts en même temps, en tout cas on n’aura pas la ressource. En plus, tout cela ne sera pas de nature à renforcer le lien police-population."

 

"Embaucher un agent de sécurité, ça coûte très cher, beaucoup ne pourront pas le faire"

Plus globalement, Rocco Contento voit l’idée du pass sanitaire dans les restaurants d’un mauvais œil. "Les propriétaires de restaurants craignent eux-mêmes des heurts par rapport au fait ne pas laisser entrer certains clients. Embaucher un agent de sécurité, ça coûte très cher, beaucoup ne pourront pas le faire. C’est très dur pour les restaurateurs, qui se relèvent à peine après cette fermeture de près d’un an de leurs établissements."

L’obligation vaccinale, n’aurait-elle pas dû concerner les forces de l’ordre également ? "On est une profession à risque, mais tout de même pas comme les soignants qui, eux, sont au chevet des malades. Il y a quand même une petite différence. Et puis, le policier qui interviendra, le cas échéant, dans un restaurant pour le contrôler, ne viendra pas dans ce restaurant pour s’attabler et consommer", a estimé Rocco Contento.


Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix" avec Arthur de Laborde
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !