éditorial

L'édito de Michaël Darmon

A propos...

Journaliste au service économie et politique de TF1 de 1990 à 1993, il est le correspondant de la RTBF à Jérusalem de 1992 à 1993. En 1994, il entre à France 2, au sein du service politique. Il suit l...
Michaël Darmon ©Anthony Ghnassia
Société

Rencontre avec les évêques aux Bernardins : Macron retisse le lien avec les catholiques

Emmanuel Macron en compagne de l'archévêque de Rouen Dominique Lebrun, en juillet 2017 (©DAMIEN MEYER - AFP)

Alors qu’Emmanuel Macron va rencontrer les évêques de France ce lundi au collège des Bernardins (Paris), le chef de l’État y voit une occasion de retisser des liens avec des catholiques qui se sentent bien souvent oubliés de nos jours.

Selon mes informations, Emmanuel Macron y va d’abord avec l’intention de "purger" - c’est le mot employé – des sujets entre les évêques de France et lui. Il n’a pas oublié, me dit-on, qu’ils n’ont pas appelé à voter pour lui entre les deux tours de la présidentielle, à la différence de 2002 entre Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac. Mais ce sera pour solde de tout compte.

Autre information : le thème de la soirée est la vulnérabilité. Macron sera interpellé sur ce sujet, puis il répondra dans un discours, développera sa vision de la place de la religion dans la société et donnera les contours de la réflexion menée sur la laïcité, qui n’est pas encore aboutie.

L’Élysée aimerait bien ritualiser cette rencontre chaque année, comme les dîners du Crif et comme la rupture du jeûne du Ramadan. Mais il y a une volonté supplémentaire liée aux catholiques, Macron estime qu’il est important de retisser un lien avec des catholiques qui s’estiment souvent oubliés de la chronique et de l’estime nationale. Il le fait aussi pour pouvoir mieux s’atteler ensuite à la réforme de l’islam, qui est pour lui le grand sujet. Le chef de l’État devrait aussi rappeler que la doctrine sociale de l’Église a forgé l’État français. L’engagement des catholiques dans les sphères de la société, en particulier pour l’accueil, est un fait majeur.

Plus encore, ça correspond aussi à sa matrice personnelle. Sur certains de ces sujets, il est en phase. On retrouve ainsi des similitudes frappantes entre le discours du Président il y a quelques semaines sur les prisons et les textes du Secours catholiques sur le sujet, ce sont exactement les mêmes ! Or, le souci envers les étrangers et les prisonniers est l’épicentre de l’engagement actif des catholiques pratiquants, et Macron va aussi appuyer sur ce point sensible pour les électeurs de droite. Il va ainsi accentuer un clivage qui peut exister entre la droite "aumônerie" et la droite "prison".

Il s’inscrit dans les conceptions du pape François qui d’ailleurs, d’après ce que j’ai attendu, suit attentivement l’action de ce président français et qui retrouve les mots des jésuites dans ses discours, avant qu’Emmanuel Macron ne se rende à Rome pour accéder au titre de chanoine de Latran revenant de droit au président français.

Réécoutez en podcast l’édito de Michaël Darmon dans le Grand Matin Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio