single.php

"Rationner" Internet, c’est possible ? 

Par Jean Baptiste Giraud

Pourquoi Najat Vallaud-Belkacem appelle-t-elle à rationner Internet, et est-ce seulement envisageable, en réalité ?

Najat Vallaud-Belkacem
L’ancienne ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, appelle à rationner Internet.

L’ancienne ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, appelle à rationner Internet : 3 Go par personne par semaine !

Internet, seulement 3 à 4% des émissions

Mais « rationner" Internet, est-ce possible ? À quoi correspondent 3 Go par semaine ? "C’est très peu, c’est très faible, commente Antoine Bueno, conseiller prospective au Sénat. Avant de parler du fond, parlons de son véritable objectif : faire ce que nous sommes en train de faire, susciter un débat. Je ne sais pas si sa proposition est extrêmement sérieuse. C’est une piste. Le sujet est réel et agite la société. Quand elle dit que nous avons tous un problème avec les écrans, comment lui donner tort ?"

Que penser du fait d'invoquer l’énergie que cela consomme ? "Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure façon de présenter les choses : le numérique ne représente que 3 à 4% des émissions de gaz à effet de serre. C’est à peu près équivalent à l’aviation dans le monde, c’est énorme mais « que » 3 à 4%. En revanche, il y a une dynamique : le numérique va peser de plus en plus car il y a une augmentation des usages. Mais ce pourrait être plus vertueux."

 

L'entrée dans un nouveau monde

Quid de l’addiction aux écrans ? "Elle est réelle, mais il faut séparer le bon grain de l’ivraie, estime Antoine Bueno, conseiller prospective au Sénat. D’un côté, il y a celle ayant un impact sur nos capacités cognitives, en particulier des jeunes générations. Se concentrer depuis Internet est devenu de plus en plus compliqué. L’autre aspect est un changement de civilisation. Au nom de quoi défendre ce qui était notre monde c'est refuser l’entrée dans un nouveau ?"

Cette proposition pose également une question de liberté individuelle. "Une approche de rationnement est une approche de décroissance, mais aussi un aveu d’impuissance et de faiblesse. Cela veut dire que l’on est incapable de s’autoréguler. Et d’un point de vue collectif, que l’on est incapable d’enseigner, d’éduquer. La comparaison s’impose avec l’imprimerie, l’époque de Gutenberg, quand l’écrit s’est répandu dans le monde. Il a fallu comprendre que tout ce qui était écrit n’était pas parole d’évangile, développer un esprit critique."

 

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
22H
21H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/