Précarité étudiante : "C'est l'effet Covid. Tous les boulots auxquels on pouvait accéder facilement et sans diplôme ne sont pas accessible"

Pas de pause dans la précarité des plus jeunes. Toujours autant d’étudiants sont en grande souffrance. Privés de petits boulots, certains n’ont d’autre choix que de se tourner vers l’aide alimentaire.

Thumbnail

Reportage de Lionel Maillet

 

Pas de pause dans la précarité des plus jeunes. Toujours autant d’étudiants sont en grande souffrance. Privés de petits boulots, certains n’ont d’autre choix que de se tourner vers l’aide alimentaire.

Malgré la réouverture annoncée des bars et des restaurants les prochaines semaines s’annoncent encore très compliquées. Illustration à Marseille.

"C'est l'effet Covid, tous les boulots auxquels on pouvait accéder facilement et sans diplôme, ne sont pas accessible"

Parmi les 300 étudiants qui viennent chaque semaine récupérer un panier repas à la fac St Charles, il y a Sarah  24 ans qui vit avec sa mère au RSA. "Personnellement, j'ai redoublé plusieurs fois du coup je n'ai pas le droit à la bourse. Je vis au jour le jour avec ma mère. Je mange avec elle, ça aide un peu étant donné que je ne ramène pas de sous à la maison. C'est l'effet Covid, tous les boulots auxquels on pouvait accéder facilement et sans diplôme, ne sont pas accessible".

"Les restaurants sont fermés, les supermarchés... c'est difficile de trouver un travail"

Ce sont  les étudiants étrangers et les jeunes femmes comme Meyriem qui ont le plus besoin de cette aide alimentaire. "C'est ma première année donc avant je n'avais pas de job et comme maintenant je vis seul, j'ai besoin d'un job comme tous les étudiants. Les restaurants sont fermés, les supermarchés... c'est difficile de trouver un travail".

"Une précarité qui peut être présente tout au long de l'été"

Deux tiers des emplois étudiants ont été détruits et malgré les réouvertures annoncées, Valentin Gourmet Sanchez, le secrétaire général de l’Unef s’attend à un été compliqué. "Au niveau de la restauration, de l'hôtellerie, avec l'émergence de nouveaux variants, on sait que tout peut changer du jour au lendemain. Et forcément, c'est énormément de jobs étudiants qui sont en jeu et donc une précarité qui peut être présente tout au long de l'été. Pour l'instant, on se prépare à cette éventualité".

Rien que dans l’université d’Aix-Marseille, ce sont plus 700 jeunes qui ne peuvent pas s’en sortir sans aide alimentaire.

Lionel Maillet (avec Maxime Trouleau)