Plus de 90.000 personnes réclament la démission du cardinal Barbarin

Signée par plus de 90.000 internautes, la pétition lancée par le père Vignon, du diocèse de Valence, rencontre un écho considérable.

Thumbnail

Suite à une lettre écrite par le Pape François après les révélations d’abus sexuels commis par six diocèses de Pennsylvanie aux États-Unis depuis les années 50, une pétition réclamant la démission du cardinal Barbarin en France a été lancée par un prêtre du diocèse de Valence, le Père Vignon. Soutenue par l’association la Parole Libérée, cette pétition a déjà été signée par plusieurs dizaines de milliers d’internautes. Le Père Vignon était l’invité de Sud Radio ce lundi matin.

« Je suis surpris et cela me rend joyeux de voir que les Français réfléchissent encore et que beaucoup de gens ont compris mon cri du coeur. J’en suis très content », fait-il savoir. Pour rappel, le cardinal Barbarin est poursuivi par d’anciens scoots lyonnais pour ne pas avoir dénoncé à la justice des agressions pédophiles dans son diocèse. Son adjoint avait assuré qu’il proposerait sa démission au Pape, mais ce dernier l’aurait refusée. Pourquoi donc ? « Il faut replacer dans le contexte, le pape François est très réticent, ce n’est pas un homme qui fonctionne sur ce modèle. Il dit des choses, mais toucher des têtes, ça lui est très difficile. C’est un homme bon ».

Le Pape, en déplacement en Irlande, a imploré le pardon du seigneur pour les agressions sexuelles commises par des prêtres catholiques. Le pardon des hommes peut-il également être demandé sur cette question ? « Il a dit qu’il fallait être bien certain qu’il y ait une faute, parce qu’il ne fallait pas se tromper. Dans le cas du cardinal Barbarin, ça a de quoi scandaliser. Bien sûr qu’il faut respecter le travail de la justice, mais je me place avant le travail de la justice. Il a reculé, il a menti… » Le Pape doit-il aller plus loin et révoquer le cardinal Barbarin en France ? « Le Pape fait ce qu’il veut, mais moi mon rôle est de dire et d’agir. Je ne veux pas poursuivre le cardinal Barbarin, ce n’est pas à sa personne que je m’en prends, mais à sa fonction », souligne le père Vignon.