Payer ses impôts chez le buraliste, une bonne idée ?

Bientôt, on pourra régler ses impôts chez le buraliste ! Est-ce leur rôle d’assumer une mission de service public ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio le 26 juillet. Avec pour invités :
- Damien Ichard, secrétaire départemental du syndicat FO-DGFIP en Aveyron ;
- Sophie Lejeune, secrétaire générale de la Confédération des buralistes.
“Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15.

Thumbnail
Les buralistes vont faire le travail du service des impôts.

Payer ses impôts au bureau de tabac ? Les buralistes sont-ils dans leur rôle ? On achète déjà des timbres, des billets de train, on peut même venir chercher un colis dans un bureau de tabac, ou payer un timbre fiscal. Alors, pourquoi pas ses impôts ?

 

Le travail du service des impôts

"Les buralistes sont contents de ce côté multicartes et multiservices publics. C’est une question de survie, estime Véronique Jacquier. Ils vendent de moins en moins de cigarettes, et le paquet passe à dix euros". Mais cela ne va pas se faire du jour au lendemain : une expérimentation va être tentée dans 18 départements à partir de janvier 2020, pour une généralisation dans un an. Il faudra en effet que les buralistes se préparent à encaisser les impôts, qu’ils reçoivent une formation en ligne et à distance. Il leur suffira en principe de scanner le document du client et de lui faire payer la somme due, par carte bancaire ou espèces jusqu’à 300 euros. Les buralistes le faisant déjà avec les timbres fiscaux, ce n’est en soi pas compliqué d’un point de vue pratique.

Mais sur l’aspect déontologique ? Les buralistes vont faire le travail du service des impôts ! "C’est vrai, reconnait Véronique Jacquier. Des trésoreries ferment sur tout le territoire et les buralistes vont faire leur travail. Mais en milieu rural, la population a quand même baissé ces trente dernières années. Et quand il n’y a plus de trésorerie, plus personne ne sait qu’un agent des impôts peut tenir une permanence en mairie tel jour à telle heure". Gerald Darmanin explique que les buralistes sont deux fois plus nombreux dans les villages que les centres des impôts. C’est vrai, vu que ces centres et les trésoreries ont été fermés : ils sont 24.000 en France. Le buraliste permet ainsi de lutter contre la désertification rurale en offrant bientôt tous les services de proximité.

Une mission de service public

Pour autant un buraliste est-il habilité à percevoir l’impôt ? "Oui car ce n’est pas un commerçant comme les autres, décrypte Véronique Jacquier. Son métier premier, la vente de tabac, est un monopole d’État. La vente au détail de cigarettes leur est réservée via un contrat de gérance passé avec les douanes. Finalement, en demandant aux buralistes d’encaisser les impôts, c’est comme si on leur donnait une concession pour une mission de service public".

Seul bémol : quid de la confidentialité quand on ira payer ses impôts au bureau de tabac ? "Il faut espérer que le commerçant ne se montrera pas trop bavard sur le côté 'qui paye et combien'". Les syndicats des agents de la fonction publique sont bien entendu remontés contre la nouvelle mission proposée aux buralistes. Il faut dire que d’un côté on donne une mission de service public aux buralistes, de l’autre on ne touche toujours pas au nombre de fonctionnaires. L’objectif de supprimer 120.000 postes en cinq ans, dont 50.000 au sein de l’État, est abandonné. "On peut aussi se demander à quoi serviront les fameuses maisons de services publics qui commencent à ouvrir si quasiment tout pourra se faire chez le buraliste ?"

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !