Patrice Blanc, président des Restos du Cœur : "On manque de bénévoles"

Patrice Blanc, président des Restos du Cœur, était l'invité du Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Les Restos du Cœur lancent ce mardi leur 34e campagne. Invité du Grand Matin Sud Radio, Patrice Blanc, président de l'association, lance un appel pour recruter des bénévoles.

"On a eu un été extrêmement chargé, a-t-il expliqué. Les Restos sont ouverts, de plus en plus, en été. Les bénévoles sont un peu sur les rotules. On manque un peu de bénévoles en ce moment."

Un manque qui s'explique notamment par l'augmentation régulière de l'activité des Restos depuis leur création : "On continue d’ouvrir des centres. Ce qui est un peu nouveau depuis deux ans, on développe même des centres itinérants. On a de plus en plus de personnes, des retraités notamment, en milieu rural, avec des personnes qui ne peuvent pas se déplacer. L’an dernier, on a accueilli quelque 31 000 bébés de moins de 12 mois, avec leurs mamans. Les familles monoparentales, bébés et jeunes enfants, constituent la première catégorie des personnes qu’on accueille. Ces nouvelles populations, ce sont notamment les jeunes. On a de plus en plus de jeunes, y compris des étudiants, et des retraités. Les retraites, notamment les retraites agricoles, mais beaucoup de retraites, de pensions de réversion, ne suffisent pas à boucler les fins de mois. Des migrants aussi viennent frapper à la porte des Restos du Cœur. Le principe, c’est l’accueil inconditionnel. On est vraiment, je crois, dans l’esprit de Coluche."

Ce mardi, Emmanuel Macron visitera le nouveau centre de la Grange aux Belles pour son inauguration. L'occasion, pour Patrice Blanc, de glisser un mot au président de la République de l'inquiétude des Restos du Cœur face à la renégociation des budgets européens : "Notre financement principal, c’est la générosité de tous nos concitoyens qui font des dons. Évidemment, ce n’est pas suffisant, mais il y a aussi les artistes, avec les Enfoirés, qui font don de leurs droits d’auteurs et qui organisent une semaine de concerts, cette année à Strasbourg. Nous avons aussi des aides de l’Europe, avec un fonds spécialement dédié à l’aide alimentaire. Il y a quelques inquiétudes parce que ce fonds se termine en 2020. Nous commençons la négociation du budget européen 2020-2025. Avec l’histoire du Brexit, on ne sait pas ce que va être exactement ce budget. C’est la première demande que l’on fait au gouvernement français, de défendre becs et ongles ce fonds à Bruxelles."

Écoutez l'interview de Patrice Blanc, invité du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Sophie Gaillard