single.php

Pass sanitaire en vigueur le 9 août : "nous voulons éviter un quatrième confinement"

Que penser de l’application du Pass sanitaire à compter du 9 août prochain ? Yves Buisson, épidémiologiste, membre de l’académie de médecine, et Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME, Confédération des petites et moyennes entreprises Paris-Ile-de-France, étaient les invités du débat du jour sur Sud Radio, le 9 août à 9h10.

Le Pass sanitaire sera obligatoire à compter du lundi 9 août, y compris en terrasse en extérieur. De nombreux Français devraient se mobiliser de nouveau ce week-end dans la rue contre ces décisions.

"La liberté n’est pas de refuser le vaccin"

Le feu vert donné par les sages est-il une bonne nouvelle ? "Oui, nous allons vers une incitation qui devient très forte à se faire vacciner, estime Yves Buisson, épidémiologiste et membre de l’académie de médecine. Les choses deviennent tellement compliquées avec ce Pass sanitaire que l’on peut espérer qu’un grand nombre de Français iront se faire vacciner plutôt que de contourner cette échéance d’une façon ou d’une autre." Est-on, comme le dit Olivier Véran comme avant un tsunami ? "En termes d’épidémiologie, cela n’existe pas. Le pass sanitaire va dans la bonne direction, mais ne sera pas suffisant."

"Personnellement, je ne pense pas que le Pass sanitaire soit la meilleure solution, juge cependant l’épidémiologiste. On voit bien qu’il crée des oppositions, des rivalités et mène des situations conflictuelles. Nous nous sommes prononcés pour l’obligation vaccinale, qui mettrait tout le monde d’accord. L’académie de médecine l’a recommandé depuis le mois de mai, avant même l’irruption du variant Delta. Les gens se préparaient alors aux vacances plutôt qu’à la vaccination. On est encore très en retard pour atteindre cette immunité collective nous permettant de vivre comme avant. La liberté n’est pas de refuser le vaccin, mais de retrouver la vie d’avant."

 

"Il y a un problème de civisme sanitaire"

Mais ce pass sanitaire crée aussi des situations illogiques et incohérentes. "Je crois que la décision du Conseil Constitutionnel avec la suspension du contrat de travail a le mérite de la clarté et de la cohérence, estime Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME, Confédération des petites et moyennes entreprises Paris-Ile-de-France. Pour nous, cela évite des conflits, de l’imprévision dans le monde de l’entreprise alors que nous avons besoin de stabilité, de confiance, de durée."

Les mesures sur les suspensions de salaire des salariés n’ont en revanche pas été censurées. "Le Pass sanitaire est un pis-aller, reconnaît Bernard Cohen-Hadad. Nous aurions aussi préféré une vaccination obligatoire pour toutes les personnes au contact de la clientèle. Cela protègerait notre responsabilité civile. Il y a un problème de civisme sanitaire qui est lié à un civisme économique. Ces dispositions créent de nouvelles contraintes, un nouveau risque pour l’entrepreneur, car les contraintes, ce sont des contrôles. Nous voulons éviter un quatrième confinement et garantir la tranquillité dans nos entreprises pour nos salariés et nos consommateurs."

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
17H
16H
15H
14H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/