Noyades : "Dès l'instant où le point d'eau est ouvert, il faut une vigilance accrue"

Le colonel Grégory Allione, président de la fédération nationale des pompiers de France, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 20 juin 2019 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la campagne de sensibilisation vigilance noyade qui sera lancée le 21 juin.

Thumbnail

Colonel Grégory Allione : "Il y a 400 morts par noyade chaque année"

Une campagne de sensibilisation vigilance noyade sera lancée le 21 juin 2019. "On lance cette campagne dès aujourd'hui avec la ministre des Sports, explique le colonel Grégory Allione au micro de Patrick Roger. Nous avons conscience qu'il y a encore trop de noyades : 400 morts par noyade chaque année. Près de 50% des blessés se situent en mer et près de 20% en piscine, dans le cadre privé. Plus de 2.500 sapeurs-pompiers surveilleront tout au long de l'été les plages et les plans d'eau intérieurs".

Les noyades en mer concernent des personnes qui savent pourtant nager. "Il y a plusieurs phénomènes : il faut connaître la mer. Sur la côte ouest, il y a les baïnes avec des courants forts qui nous traînent au large ; en Méditerranée, le gros sujet, c'est souvent le vent et notamment le vent de terre que sont la tramontane et le mistral, qui nous mènent au large. La conséquence principale est l'épuisement et, lorsqu'on est épuisé, on n'arrive plus à se maintenir à flot. On boit une tasse, deux tasses et c'est à ce moment-là qu'on commence à faire ce que l'on appelle, nous, le bouchon. Il faut intervenir très rapidement pour secourir, au risque d'avoir ce type de décès dans ces situations."

"Dès l'instant où le point d'eau est ouvert, il faut une vigilance accrue"

Cette campagne fait appel à la vigilance mais aussi au fait d'apprendre ou réapprendre à bien nager. "C'est la volonté du gouvernement, de favoriser l'apprentissage de la natation pour se préserver plus encore du risque de noyades."

Il y a aussi beaucoup de personnes qui louent des maisons avec piscines ainsi qu'une augmentation du nombre de piscines privées avec parfois, un défaut de surveillance des enfants et des moyens de sécurité absents. "Dès l'instant où le point d'eau est ouvert, il faut une vigilance accrue."

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !