Norbert Meler : "si les activités scolaires devaient s'arrêter, on aurait d’importantes conséquences sociales"

Norbert Meler, maire de Foix (Ariège) et président de l’Association des maires est des élus de l’Ariège, était l'invité de Jean-Marie Bordry dans "Les vraies voix" le 21 juillet 2021 sur Sud Radio.

Le département de l'Ariège attire un grand nombre de touristes en cette saison estivale. © AFP

Le département de l’Ariège enregistre un taux d’incidence du Covid-19 parmi les plus élevés de France (159,7 cas positifs pour 100.000 habitants). La préfecture de l’Ariège a rétabli le port du masque.

 

Norbert Meler : "l’immense majorité de nos concitoyens souhaitent que l’épidémie s’arrête"

Norbert Meler est tout d’abord revenu sur la situation dans sa commune. "On constate qu’il y a une dégradation nette de la situation. Si on continue dans ce sens-là, on va avoir des difficultés importantes.

La grande majorité des habitants est inquiète au sujet des conséquences que peut avoir l’amplification de l’épidémie. Des conséquences sur le tissu économique mais aussi sur toutes les activités sociales – je pense à la rentrée scolaire, nous y sommes dans six semaines à peine. Si le gouvernement était obligé d’arrêter les activités scolaires, on aurait d’importantes conséquences sociales. L’immense majorité de nos concitoyens souhaitent que l’épidémie s’arrête et appliquent les mesures qui ont été annoncées aujourd’hui par la préfète."

"La Ville de Foix organisera des vaccinations tous les samedis"

Même si l’organisation des soins est censée être du ressort de l’État en France, la mairie de Foix a souhaité prêter main forte. "À partir du samedi 24 juillet 2021, on prend le relais des centres de vaccination et on réouvre un centre de vaccination au Centre culturel de Foix. Ce sera tous les samedis jusqu’au 28 août 2021, avec la mobilisation de bénévoles, parmi lesquels de très nombreux retraités, pour assurer l’encadrement.

Les pompiers assuraient un certain nombre de vaccinations. Et c’est un de mes conseillers municipaux, un médecin, le docteur Bories, qui a relancé l’opération. Je connais un petit peu ma ville, je suis parvenu à récupérer une cinquantaine de bénévoles. Ensuite, le corps médical s’est occupé des soignants (infirmiers ou médecins) pour être là", a raconté Norbert Meler.


Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix" avec Jean-Marie Bordry
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !