Nora Lakheal : "La police n'est pas raciste !"

Nora Lakheal, boxeuse à Barbès, engagée dans la police, première femme à intégrer le groupe Islam Radical de la SORS, l’élite des Renseignements généraux, était l’invitée d’André Bercoff, vendredi 25 septembre, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états". Elle vient présenter son livre « Agente d’élite » aux éditions Max Milo.

Nora Lakheal invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Première femme à intégrer le prestigieux service anti-terroriste, Nora Lakheal bénéficie d'un parcours atypique, de ses premiers cours de boxe à sa première opération policière. Elle évoque au micro d'André Bercoff son histoire la menant de Barbès à la cellule des services de renseignement.

"Ce qui peut vous sauver c'est l'image que l'on peut avoir de soi-même"

Nora Lakheal a toujours fait ce qu'elle a voulu de sa vie, quitte "à bousculer les codes et les assignations à résidence". C'est alors qu'elle s'est engagée dans un club de boxe française. Un choix atypique qu'elle est loin de regretter. "C'est là que j'ai fait une rencontre exceptionnelle avec mon professeur de boxe qui était fonctionnaire de police", raconte-t-elle.

"C'est une des personnes qui m'a renvoyé une image positive de moi-même", rapporte la policière qui témoigne que lorsque l'on est perdu, "ce qui peut vous sauver c'est l'image que l'on peut avoir de soi-même". Mais malgré tout, Nora Lakheal a bénéficié du soutien de sa famille, même si certaines questions se posées sur ses choix. "Comme plein de jeunes avec leurs parents", estime-t-elle, sans ressentir un problème particulier en tant que femme originaire de la Tunisie.

Des problèmes de racisme

C'est en entrant dans la police nationale que Nora Lakheal a découvert ses origine arabes. "J'ai grandi dans le 10e arrondissement, on ne parlait pas d'histoires de religion", se souvient l'ancienne boxeuse qui reconnaît "une période assez saine". C'est à l'école de police et après avoir été la cible de réflexions sur ses origines, que l'élève s'est rendue compte "de gros problèmes". Mais pas de quoi généraliser.

"C'est incroyable quand dans une démocratie on dit que les policiers sont des nazis. Il y a des policiers qui tiennent des propos racistes, mais la police n'est pas raciste", s'exclame-t-elle. Malgré tout, la policière ne regrette pas son choix de carrière. "On se sent utile. Tous les jours, vous aidez quelqu'un, c'est formidable", témoigne-t-elle. Un accomplissement pour la jeune femme qui voulait "être utile et tout donner pour aider les gens".

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !