Non-respect des 10 km : "Moi je prendrai le risque !"

Cette fois, pas de tolérance comme pour le week-end de Pâques. Avec le début des vacances, attention aux contrôles. Il faudra avoir une bonne raison pour se déplacer au-delà d’un rayon de 10 km autour de son domicile, par exemple un motif impérieux comme celui d'aller faire garder ses enfants chez les grands-parents. Sinon, c’est le risque d’une amende de 135 euros. Du côté de Marseille, ça ne fait pas forcément peur à tout le monde...

Les Marseillais vont-ils respecter la limite des 10 km autour du domicile ? © AFP

Reportage de Lionel Maillet pour Sud Radio

 

"Que vous alliez à 10 kilomètres ou 100 kilomètres, ça va changer quoi ?"

Une balade en amoureux au bord de mer, un plaisir qu’Éloïse et Alban ne se refusent pas, quitte à un peu transgresser les règles : "on a les calanques à côté de chez nous, j'avoue qu'on y va alors que c'est à un peu plus de 10 kilomètres", confie Éloïse.

Céline a quant à elle traversé la France avec une bonne raison : venir s’occuper de son père malade. Que ce soit à Marseille ou ailleurs, elle assure ne pas changer ses habitudes. "Je ne porte jamais de masque, sauf chez les commerçants, parce que je ne crois pas à tout ça. Je suis du Sud-Ouest à la base et je ne regarde jamais les 10 kilomètres ! Que vous alliez à 10 kilomètres ou 100 kilomètres, ça va changer quoi ? Moi je prendrai le risque !"

 

 

"Il y a pas mal de regroupements, notamment sur les plages"

Ce couple de retraités se passerait bien des restrictions, surtout pour aller voir la famille un peu trop éloignée, mais pour eux, pas question de craquer : "c'est normal de respecter les 10 kilomètres ! estiment-ils. Déjà pour les autres, et pour nous ! C'est quand même assez grave ce qu'il se passe... Les jeunes sont moins conscients que nous, ajoutent-ils. Ça fait un an et demi qu'on se fait des interdits !"

Marseille a beau être deux fois plus étendue que Paris, même en respectant les limites de déplacements, le littoral reste accessible à beaucoup d’habitants. "Il y a pas mal de regroupements, notamment sur les plages, explique un Marseillais. Pour ce qui est des distanciations, c'est plus difficile à faire appliquer, c'est pour ça qu'on se promène à des heures un peu plus creuses. Pour lui, il faudrait quand même quelques contrôles, parce qu'il y a des abus".

A priori moins de risques de voir des plages bondées ce week-end : ce n’est pas forcément la peur de la police, mais surtout la pluie qui est annoncée sur toute la Provence.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !