Mort d’Élizabeth II : "C’était quelqu’un qui s’intéressait vraiment aux gens"

La Reine Élizabeth II s'est éteinte dans son château de Balmoral, après 70 ans de règne. Une page d'histoire se referme.

Elizabeth II
Qu'apportait l'incarnation de la Grande-Bretagne par la Reine ?

La Reine Élizabeth II s'est éteinte dans son château de Balmoral, après 70 ans de règne. Une page d'histoire se referme.

Mort d’Élizabeth II : "Une figure unificatrice"

Qu’incarnait la Reine d’Angleterre en 2022 ? "Elle incarnait des qualités qui quand cela marche bien, se trouve dans un système monarchique, une grande personnalisation du pays, décrypte Paul Thomson, vice-président des Conservateurs à Paris. Il y a une continuité historique avec la succession des monarques. Il y a aussi un sens du devoir et quelqu’un qui rassemble tout le pays au delà des conditions sociales ou des convictions politiques."

Était-ce une forme d’unité nationale permettant de se rassembler malgré les clivages ? "Exactement, et c’est très important. Cela permet une respiration du corps politique dans tout le pays. Cela n’étouffe nullement les discussions et joutes politiques, mais permet de se retrouver autour d’une figure unificatrice. Elle aimait beaucoup son pays, et cela marchait très bien."

"Quelqu’un qui s’intéressait vraiment aux gens"

Finalement, elle savait parler aux Britanniques. "Oui, elle avait dit 'il faut que je sois vue pour être crue'. Elle s’efforçait d’assister à d’innombrables commémorations. C’était quelqu’un qui s’intéressait vraiment aux gens. Chaque Noël, elle s’adressait aux pays du Commonwealth. À l’occasion du Covid, elle avait fait un petit discours qui avait vraiment touché les gens, encourageant, alors que tout le onde était traumatisé. Tout cela comptait beaucoup."

Il ne semble pas que ce soit la même chose autour du Prince Charles, devenu Charles III... On verra, il faudra lui laisser le temps de s’installer, estime Paul Thomson, vice-président des Conservateurs à Paris. J’ai beaucoup d’admiration pour lui. Il s’intéresse beaucoup aux gens, s’est préoccupé des questions environnementales bien avant que ce soit à la mode. Ce n’est pas du tout quelqu’un de superficiel. Il faut lui donner sa chance."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"