C'est une première mondiale. À Marseille, un groupe de personnes atteintes de la maladie de Parkinson va, pendant plusieurs mois, suivre des cours de capoeira pour tenter de retrouver plus de mobilité et de souplesse.

Tempes grisonnantes, jogging, Gilles, 58 ans, découvre la capoeira. "L’activité physique, c’est prouvé dans Parkinson, aide à mieux se sentir", explique-t-il. Voilà plus de 10 ans qu’il vit avec la maladie de Parkinson. Comme lui, tous sont des volontaires. "Quand ça va bien, ça n’empêche quasiment de rien faire, mais quand ça va mal, c’est très différent. On n’arrive pas à marcher, parfois on n’arrive même pas à réfléchir comme il faut."

Entre danse et sport de combat, la capoeira a des vertus qui peuvent stimuler ces malades, suivis par le professeur Olivier Blin, spécialiste de la maladie de Parkinson à Marseille : ‘L’idée, c’est de bénéficier du sport pour avoir une amélioration sur les symptômes liés à la maladie de Parkinson, comme la marche, l’équilibre, la coordination, l’amplitude des mouvements, la parole, et utiliser, aussi, le rythme comme stimulus pour aller plus loin. Il y a un certain nombre de travaux scientifiques qui montrent que l’activité physique permet de ralentir l’évolution des maladies neuro-dégénératives. Je ne sais pas si à ce stade, où la maladie est déjà déclarée, on pourra avoir ce type d’effets, mais ça devrait bénéficier pour le quotidien des patients, pour entretenir leur souplesse, leurs mouvements et leur permettre d’avoir une vie quotidienne meilleure."

On ne guérit pas de cette maladie, prévient la représentante de France Parkinson, Catherine Chaptal, qui voit tout de même dans ces ateliers l’espoir de certains progrès: "Être beaucoup plus souple, par exemple, si on a une difficulté à se baisser. Si cette activité peut amener des petits conforts de ce style, c’est bien."

L’expérimentation va durer six mois au rythme d’un atelier par semaine, avec une dizaine de malades. Si les résultats sont concluants, la méthode sera généralisée.

Un reportage de Lionel Maillet pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

henri.bronnec@…
- Samedi 10 février 2018 à 11:32
bonjour,
je suis intéressé pour plus d'info sur cette discipline CAPOEIRA étant parkinsonien
merci
martine- marie…
- Lundi 12 février 2018 à 16:38
Et pour
quoi pas ? A un stade de la maladie ,toute activité physique adaptée et originale me semble bénéfique surtout pour le moral .C'est une bonne idée.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio