Manque d'assesseurs : "On a frappé à toutes les portes !"

Dimanche 20 juin 2021, se tiendra le premier tour des départementales et des régionales. Un double-scrutin source d'un sérieux casse-tête pour les collectivités, dont la contrainte principale est de trouver des assesseurs acceptant d'observer et contrôler le bon déroulement des élections. Cette année, c’est encore plus difficile.

Comment relancer la participation aux élections régionales et départementales ? (AFP)

Reportage pour Sud Radio de Grâce Leplat dans la commune de Lunel, dans l’Hérault

 

Manque d'assesseurs : "On a frappé à toutes les portes !"

Pour Michel Créchet, adjoint au maire de Lunel, la principale difficulté est la tenue au même moment des élections départementales et régionales. "On a deux urnes par bureau de vote, on a 16 bureaux de vote donc ça fait 32 urnes, explique-t-il à Grâce Leplat. L'idéal c'est que pour chaque urne on ait à la fois un président et deux assesseurs, éventuellement des suppléants pour permettre aux gens de se dégourdir les jambes. Au total, ça fait une bonne centaine de personnes pour assurer le dispositif".

Du monde qu’il est difficile de motiver : il y a d’abord le beau temps, mais aussi la nécessité d’être vacciné ou testé avant le jour J et un désintérêt de plus en plus fort de la politique. "On a frappé à toutes les portes, des appels aux réseaux associatifs, les relations personnelles", assure-t-il. À force d’appels à l’aide, Lunel a finalement rempli ses équipes, mais ce n’est pas le cas d’une majeure partie des communes françaises.

 

"La plupart des Français considèrent que passer 4 heures à tenir un bureau de vote, ce n'est pas important"

Pour Philippe Laurent, maire de Sceaux et secrétaire général de l’association des maires de France, on fait face à une crise démocratique : "il ne faut pas penser que c'est la crise sanitaire qui pose problème, la plupart des Français considèrent que passer 4 heures à tenir un bureau de vote, ce n'est pas important, déplore-t-il. C'est un vrai sujet d'attachement à la démocratie et à la République, c'est un problème d'éducation qui remonte à loin", affirme-t-il.

Il y a selon lui un "deuxième sujet, c'est qu'il y a deux élections en même temps. Il y a donc deux fois plus de bureaux de vote que d'habitude ! Par ailleurs, les candidats eux-mêmes n'envoient pas d'assesseurs. La baisse de l'ardeur militante dans les partis politiques se ressent fortement. C'est évidemment un casse-tête !"

 

 

Il appelle à une sensibilisation au devoir citoyen dès le plus jeune âge. Un enjeu essentiel, alors que les prévisions tablent sur 60% d’abstention pour ces élections départementales et régionales.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !