single.php

Manifestations contre le racisme : "On est plus exposés à l'échec qu'une personne blanche"

Paris, Bordeaux, Marseille : SOS Racisme appelle à de nouveaux rassemblements contre les violences policières et contre le racisme. Des manifestations qui ont également pour but de rendre hommage à George Floyd, inhumé mardi 9 juin aux États-Unis. En France, le mouvement prend de l’ampleur : des milliers de Français dénoncent les violences policières et plus largement, un racisme ancré dans la société.

SOS Racisme appelle à de nouveaux rassemblements contre les violences policières et contre le racisme. © AFP

Reportage de Clément Bargain pour Sud Radio

 

"On est plus exposés à l'échec qu'une personne blanche"

"Aujourd'hui, le monde va mal ! affirme Gloria. Si on voit autant de discrimination, de racisme, qui durent, c'est qu'il y a un problème" estime-t-elle. Cette jeune maman de couleur noire confie être régulièrement victime de propos racistes : "un policier m'a demandé un jour si je me croyais dans la brousse, alors que je n'avais rien fait d'anormal au volant" se souvient-elle.

Des mots qui blessent, qui suscitent l'indignation. Daniel, âgé de 18 ans, a conscience que sa couleur de peau peut être un obstacle. "On doit plus se battre qu'une personne blanche déplore-t-il. Selon lui, on a moins de chance, on est plus exposés à l'échec qu'une personne blanche". Mêmes discriminations vécues au quotidien assure une jeune femme, notamment pour trouver un logement. "Est-ce qu'on va me sélectionner avec le nom que j'ai ? On a toujours cette appréhension à chaque chose qu'on fait".

 

"Tant qu'on ne fait rien contre ça, on reproduit, on perpétue ce système"

Des discriminations qui créent des inégalités explique Patrick Simon, démographe à l'Institut national d’études démographiques (INED) et spécialiste des discriminations. "Cet univers de désavantage permanent est extrêmement pesant et il a des conséquences du point de vue des chances d'accès qu'ont les personnes stigmatisées dans la société dénonce-t-il. Tant qu'on ne fait rien contre ça, on reproduit, on perpétue ce système".

Il revendique l'usage de statistiques ethniques pour mieux mettre au jour le racisme quotidien. "On ne peut pas faire de lutte contre les discriminations si on ne construit pas des catégories de personnes qui sont discriminées et si on n'a pas des informations, notamment statistiques, sur les personnes discriminées, c'est-à-dire ethniques et raciales. D'après lui, il y a un système et pour le changer, on ne fait pas de la rééducation mentale mais des interventions pour contrôler les mécanismes par lesquels se produisent les inégalités".

 

 

Patrick Simon attend du gouvernement un grand chantier pour lutter contre les discriminations raciales.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

 

 

L'info en continu
04H
03H
01H
23H
22H
21H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/