Lydia Guirous "Le prochain quinquennat doit renverser la table du conformisme démocratique""

Selon Lydia Guirous, la Présidentielle 2022 a remis le peuple sur le devant de la scène. Pourquoi?

Selon Lydia Guirous, la Présidentielle 2022 a remis le peuple sur le devant de la scène. Pourquoi?

Je n'irais pas jusque-là, mais sans doute avait-il laissé un peu plus son destin à ses représentants et aux corps intermédiaires...par facilité, parfois par lâcheté... car il est souvent plus facile de critiquer un système que d'agir concrètement pour réduire les inégalités et obtenir plus de justice sociale. Ce qui  est certain c’est que nos décideurs politiques ont perdu progressivement ce lien quasi mystique avec les Français. Et même les  partis politiques qui ont organisé des primaires pensant toucher le « peuple » sont passés à côté, ils s'en sont mordus les doigts...aucun n’a en effet dépassé les 5%! Le message renvoyé est qu’il y a une lassitude des arrières boutiques de la politique politicienne. 

 

Mais que recherchent-ils alors selon vous Lydia Guirous?

 

Difficile à dire, car le peuple n’est pas un bloc uniforme, une unité monolithique, aujourd'hui en France. Avant il y avait la question socio-économique qui permettait de classer les personnes...aujourd'hui se greffent d'autres problématiques comme l'immigration, l'écologie, les communautarismes religieux qui brouillent les grilles de lecture. Plus personne ne sait réellement ce qu'est « le peuple » ni comment renouer avec lui… » et la conséquence  est que chaque parti ne  s’adresse qu'à une fraction du peuple, qui lui est acquise depuis longtemps. 

 

Ce n 'est pas un peu perturbant de mener une campagne quand on ne sait pas à qui on s'adresse ?

 

Si bien sûr, et c’était  toute la difficulté de cette campagne Présidentielle  mais aussi des législatives qui s’ouvrent. Quoi de plus  alarmant et déstabilisant que de ne pas pouvoir définir ce qu'est le peuple Français aujourd'hui pour un Politique ? 

Si le peuple est le socle de notre Nation. Et que ce socle est fragile et instable… la Nation s'effondre.

 

N’est ce pas le grand enjeu du quinquennat à venir ?

 

Oui, je le crois. Il faut réinventer notre façon de faire de la Politique. Susciter à nouveau une adhésion et refonder totalement l’exercice démocratique en l'adoptant à son temps, sa vitesse d'information et ses exigences nouvelles.  C'est une urgence démocratique vitale selon moi. Le quinquennat à venir doit renverser la table du conformisme démocratique dans lequel nous nous sommes endormis depuis 1958.