Logements solidaires pour les soignants : "On a beaucoup plus de demandes que d'offres"

D'après le premier bilan de l’opération lancée par le gouvernement avec la plateforme Airbnb, plus de 5.000 logements sont mis à disposition pour les soignants, essentiellement situés à Paris, pour héberger au plus près les personnels des hôpitaux et leurs éviter des trajets longs et fatiguants. Le premier a avoir eu cette idée se trouve dans l’Hérault.

Pour protéger leur famille, certains soignants dorment dans leur voiture devant l'hôpital. © AFP

Charles Osborn, gérant d'une société de conciergerie à Sète, a décidé de créer dès le premier jour de confinement la plateforme www.les-logements-solidaires.com. Au départ c'était pour trouver des logements de vacances meublés, mais face à la demande, la recherche est désormais nationale et pour tous types de logements vacants.

Reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio.

 

 

"On a logé un médecin qui dormait depuis quelques jours dans sa voiture devant l'hôpital"

Il a eu cette idée le 16 mars dernier, à la suite d’un  coup de fil d'une amie soignante : "elle m'a dit qu'elle projetait de dormir dans les couloirs de l'hôpital pour ne pas mettre en danger son fils et ses parents confie-t-il à Christine Bouillot. Il lance immédiatement après la plateforme "Les Logements Solidaires", pour mettre en relation les soignants qui recherchent un logement proche des hôpitaux et les propriétaires d’appartements meublés, dans lesquels ils pourraient trouver refuge.

C'est bien d’un refuge dont ces professionnels de santé ont besoin pour eux, mais aussi pour leur famille : "il y a trois jours, on a logé un médecin qui dormait depuis quelques jours dans sa voiture devant l'hôpital, pour ne pas mettre en danger sa famille raconte Charles Osborn, parce qu'il n'avait pas d'autre solution de logement. Les hôtels lui ont refusé l'accès ajoute-t-il, pour ne pas mettre en danger les clients".

"On a beaucoup plus de demandes que d'offres et c'est très difficile psychologiquement. Il faut que ce soit une initiative nationale, il y a beaucoup de monde qui en a besoin !"assure Charles Osborn.

 

 

"Après des gardes de 12 heures, j'ai accès à un lit à moins de 5 minutes de mon hôpital"

"Depuis quelques jours, j'ai un appartement à moins de 5 minutes de l'hôpital explique Jeremy Jordan, infirmier en réanimation à l hôpital de Sète, qui a eu besoin de se rapprocher pour économiser ses forces. Après des gardes de 12 heures, j'ai accès à un lit à moins de 5 minutes de mon hôpital, je peux me reposer très rapidement. Mais surtout, on est susceptibles d'être appelés à tout moment".

La demande de la part des soignants qui craignent de ramener le virus chez eux explose partout en France. Avis donc aux propriétaires...

 

www.les-logements-solidaires.com