Le Roquefort entre en guerre contre Nutriscore

Le Roquefort en guerre contre Nutriscore ! Sébastien Vignette, secrétaire général de la Confédération Générale de Roquefort était l’invité de Patrick Roger le 12 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h10. 

Des fromages en phase d'affinage à Roquefort-sur-Soulzon, dans l'Aveyron, le 16 mai 2013 (Pascal Pavani - AFP/Archives)

Nutriscore et roquefort : "un système profondément injuste"

Le mouvement de contestation monte devant le mauvais classement par Nutriscore du célèbre fromage. "Notre combat n’est pas contre le Nutriscore en tant que tel, qui fonctionne pour les produits industriels très transformés, rappelle Sébastien Vignette, secrétaire général de la Confédération Générale de Roquefort. C’est un combat contre l’application du Nutriscore à nos produits de qualité, notamment nos fromages sous AOP IGP, et en premier lieu le roquefort."

"C’est un système profondément injuste, résume-t-il. L’algorythme ne tient pas compte de la qualité de nos produits. Cela ne dit pas tout des bénéfices santé du lait cru, par exemple, des apports calciques et des apports en protéines. Il ne dit rien des apports en micro nutriments, phosphore, potassium oligo-éléments… Il ne dit rien non plus des acides gras. Dans le même temps, l’algorythme ne vous dit rien des additifs, conservateurs et édulcorants que vous allez trouver dans les produits ultratransformés."

Nutriscore et roquefort : "Pour l’exemption de cette étiquetage"

"À la fin, vous êtes dans un système aberrant où des produits industriels ultra transformés peuvent avoir un A en modifiant leur recette, alors que nos produits héritiers de recettes ancestrales se verront mal notés, explique le secrétaire général de la Confédération Générale de Roquefort. Songez qu’on recommande la consommation d’un à deux produits laitiers par jour, et on prétend nous affubler d’une étiquette rouge…"

Que faire face au Nutriscore ? "Il est promu par Santé Publique France. Il n’est pas obligatoire, rappelle Sébastien Vignette. Notre combat est pour l’exemption de cette étiquetage, vu que l’on a déjà une AOP, une IGP, gage de notre qualité, de notre lien à notre territoire. On mobilise un public qui ne connaît pas les limites de ce Nutriscore. On entend bien que le gouvernement porte l’exemption étiquetage de nos produits au niveau européen."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !