Le regard libre d'Élisabeth Lévy - "On préfèrerait un État qui laisse les gens dire des conneries et qui sanctionne ceux qui en font"

Retrouvez le regard libre d'Élisabeth Lévy sur l'enquête préliminaire contre Francis Lalanne

Tous les matins à 8h15, le regard libre d'Elisabeth Lévy dans le Grand Matin Sud Radio.

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire contre Francis Lalanne

Oui, mais pas pour ce que vous croyez, en tout cas pas pour ce que j’ai cru. D’après le Point - qui sort l’info - Lalanne n’est pas soupçonné de turpitudes sexuelles mais, de provocation publique (non suivie d’effet) à commettre des atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation. Rien que ça. Des faits passibles de cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

La procédure a été déclenchée le 27 Janvier, 5 jours après la parution sur le site de FS d’un texte interminable et fumeux de l’ex-chanteur devenu militant pour diverses causes allant de la planète aux Gilets Jaunes. Il a été entendu par la police le 5 février. 

Que disait-il de si grave ? 

Il accuse Macron d’exercer un pouvoir totalitaire, en particulier dans sa gestion du COVID. Il appelle donc les parlementaires à le destituer (article 68) et s’ils ne le font pas, il appelle l’armée à venir au secours du peuple. Et pour faire bonne mesure, il appelle tous les Français à la mobilisation générale contre la tyrannie sanitaire. 

En clair, il appelle au renversement du gouvernement. On peut comprendre que la Justice réagisse…

Si ce n'est pas un délit, il n'y a pas un manquement qui n’était impuni dans notre pays, on pourrait éventuellement le comprendre. Mais si on ajoute la volonté d’interdire Génération identitaire, on s’étonne de cette fermeté des institutions pour des délits d’opinion. 

Francis Lalanne ou Génération Identitaire n’ont commis aucune violence. Ni les identitaires, ni le citoyen du monde n’ont réussi à mobiliser les foules. La réaction de la Justice et du gouvernement apparait donc disproportionnée au regard de la menace. Cela témoigne plutôt d’une forme de faiblesse. Qui a peur de Lalanne ? Qui a peur de Génération Identitaire ? 

Mais que faudrait-il faire face à ce genre d’outrances ? 

Rien pardi ! Il faut la jouer "la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe". Peut-être qu'il y a d’autres priorités. Hier, on apprenait aussi dans Le Monde que les agressions contre les policiers ont été multipliées par deux en 20 ans, pour s’établir à 31200 faits en 2020. L’absence ou la faiblesse de la réponse pénale est sans doute l’une des causes de cette explosion. On préfèrerait un Etat qui laisse les gens dire des conneries et qui sanctionne ceux qui en font.