Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Notre monarque bien-aimé envisage des frontières entre les provinces du royaume

Des différents scénarri de déconfinement, celui qui semble tenir la corde n'est autre que le plan du "région par région". Des frontières fictives donc au sein même du territoire, idée intéressante si tant est que le confinement fut aussi respecté à Villeneuve-la-Garenne qu'à Plougasnou. Attention à l'arnaque.

Le regard libre d'Elisabeth Lévy

Retrouvez le regard libre d'Elisabeth Lévy chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio.

Le gouvernement envisage de limiter les déplacements entre régions à partir du 11 mai. 

Je dirais même plutôt des “ballons d’essai”. Notre monarque bien-aimé envisagerait donc de créer des frontières entre les provinces du royaume lors des premières semaines du déconfinement. « On ne veut pas 300.000 personnes sur les plages», dit une mystérieuse source gouvernementale à France Info. En clair, il s’agirait d’empêcher les maudits Parisiens, Alsaciens et autres Nordistes de ramener leurs maladies dans les régions épargnées. 

Tout de même, c’est une idée un peu curieuse de la part d’un président de la République qui se vantait récemment dans le Financial Times de n’avoir pas fermé sa frontière avec l’Italie au début de l’épidémie. Quant aux sans-frontiéristes et autres “no borders” on ne les entend pas. En somme, on devrait accueillir les migrants à Nice, mais pas les Parisiens ou les Lyonnais….

Encore une fois, ignorerais-je les impératifs sanitaires ?

Je ne les ignore pas, je plaide pour que les mesures prises soient cohérentes et proportionnées parce que la biologie n’est pas tout, nous ne sommes pas seulement des corps. Or, la création de frontières régionales ne serait pas seulement incompatible avec ma petite liberté individuelle, mais également avec l’article Ier de la Constitution : “la France est une République une et indivisible”. Ce n’est pas un chichi rhétorique. Parce que cela va avec le fait qu’un riche de Marseille accepte de payer pour un pauvre de Paris - et pas pour un pauvre de Munich ou Palerme.

Par ailleurs, cette affaire de frontières entre régions est parfaitement impraticable si on recommence à travailler et accessoirement à vivre. Va-t-on nationaliser les résidences secondaires ? Interdire aux familles et aux amants séparés de se retrouver ?  Établir des barrages policiers en lieu et place des barrières d’octroi d’antan ? 

Les règles du déconfinement doivent alors être fixées par les autorités et appliquées de façon uniforme ?

Absolument pas. Créer des frontières entre les régions est une chose, laisser aux collectivités locales plus de marge de manœuvre dans l’application des règles communes en est une autre. Que les régions les moins touchées redémarrent plus vite avec peut-être moins de précautions, oui, c’est du bon sens. 

D’ailleurs, Macron serait converti à cette logique un peu plus girondine en apparence, mais attention aux arnaques. Car j’ai l’impression qu’il s’agit autant de passer la main aux préfets et aux services de l’État en région que de donner les coudées franches aux élus locaux. 

Cependant, l’État serait plus crédible pour concocter de nouvelles règles et de nouvelles sanctions pour le déconfinement s’il faisait appliquer le confinement avec la même rigueur à Plougasnou et à Villeneuve la Garenne. Alors qu’il est demandé aux forces de l’ordre de ne pas aller au contact des fauteurs de troubles en Seine Saint Denis, personne, curieusement ne propose de créer une frontière autour de ce département.