Le regard libre d'Elisabeth Lévy - Balkany :"Nous avons ressuscité le lynchage et le pilori"

Retrouvez le regard libre d'Élisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr Balkany : A une semaine de son procès en appel pour blanchiment aggravé, la cour d’appel de Paris a rejeté hier sa demande de remise en liberté estimant qu’il y avait risque de fuite Patrick Balkany reste en prison […]

Retrouvez le regard libre d'Élisabeth Lévy chaque matin, du lundi au vendredi, à 8h15 sur sudradio.fr

Balkany : A une semaine de son procès en appel pour blanchiment aggravé, la cour d’appel de Paris a rejeté hier sa demande de remise en liberté estimant qu’il y avait risque de fuite

Patrick Balkany reste en prison
A une semaine de son procès en appel pour blanchiment aggravé, la cour d’appel de Paris a rejeté hier sa demande de remise en liberté estimant qu’il y avait risque de fuite. PB qui a été condamné à quatre ans de prison pour fraude fiscale et à cinq ans pour blanchiment est incarcéré depuis septembre à la Santé. Hospitalisé à plusieurs reprises et opéré. A la sortie de l’audience, son avocat a rappelé qu’il avait perdu 24 kilos et s’est dit très inquiet.

On a surtout entendu son épouse
L’irréductible Isabelle a déclaré que la justice française était atteinte du syndrome Ghosn et voulait tuer son mari. Un peu excessif. Mais on a le droit de trouver que la justice a la main lourde et que cette histoire de risque de fuite n’est pas sérieuse. Les Balkany n’ont pas été jugés pour corruption, ni pour détournement de fonds publics. Ni pour meurtre ou agression. Ils ont fraudé le fisc et planqué leur patrimoine. Il est normal qu’ils paient. Et ils ne peuvent plus se présenter. Mais pas sûr que l’incarcération s’imposait.

En somme, seuls les petits délinquants devraient aller en prison
Mais justement, ils n’y vont pas. Des petits voyous qui terrorisent leur quartier peuvent écoper de dizaines de rappels à la loi sans jamais passer par la case prison. Notre justice rechigne à incarcérer des petits délinquants. En revanche, veut montrer à l’opinion qu’elle est sans faiblesse avec les criminels en col blanc. Sur les réseaux, les nouvelles tricoteuses (femmes qui encourageaient le tribunal révolutionnaire) se délectent de voir des têtes de riches rouler dans la sciure. On n’a qu’à lui envoyer Mémé Balkany faire le ménage dans sa cellule. Il a perdu 26 kilos super régime.

Il est normal que l’on veuille des élus honnêtes.
Certes, mais derrière l’aspiration à la transparence, pires instincts humains. Nous nous croyons civilisés, nous sommes contre la peine de mort mais nous avons ressuscité le lynchage et le pilori. Le coupable doit être exclu de l’humanité. Significativement, crimes d’argent et crimes sexuels sont considérés comme les plus ignobles. Pour leurs auteurs, ni compassion ni rédemption. Tout le monde a applaudi cet homme qui a perdu sa femme au Bataclan et écrit « Vous n’aurez pas ma haine ». Avec Matzneff et Balkany, la haine est un devoir citoyen. Ce monde sans pitié fait peur. On peut vivre avec des fraudeurs. On peut vivre avec le mal (c’est le sens de la condition humaine) Pas avec des tartuffes qui étalent leur vertu tout en s’acharnant en meute sur un homme à terre.