Le plafond de frais d'incidents bancaires pour clients fragiles? "Une usine à gaz !"

3,6 millions de Français sont considérés comme fragiles financièrement., alertent les associations 60 millions de consommateurs et l’UNAF. Et l’hiver dernier dans le contexte des Gilets jaunes, les banques se sont engagées à plafonner les frais d’incidents bancaires pour ces personnes en difficulté financière. Ainsi promettaient-elles un plafond de 25€ par mois et 300€ par an. Mais ce n'est pas aussi simple en réalité.

A man withdraws cash from an ATM machine in Athens on July 19, 2016. - The European Union and Greece hope to reach a deal on the crisis-hit country's debt mountain by the end of the year, EU economic affairs chief Pierre Moscovici said on July 18. An upcoming review of the Greek bailout in the autumn will include bad bank loans and a labour relations overhaul likely to cause social unrest. (Photo by Kostis Ntantamis / AFP)

Reportage Sud Radio de Grace Leplat

 

Yasmine a des enfants en bas âge, mère célibataire elle ne travaille pas et peine à joindre les deux bouts. Elle est habituée aux frais d’incidents bancaires: "Chaque mois, j'ai pas assez d'argent pour finir le mois. Je paye mes courses, je peux pas laisser mes enfants sans nourriture. C'est un engrenage ! Toujours plus d'agios, donc toujours plus d'argent à payer, et donc encore moins de capacité à payer !"

Comme elle, 78% des personnes qui pourraient profiter du plafond de frais d’incidents bancaires n’en bénéficient pas. Cela s’explique par la complexité de la mesure selon Fabien Tocqué de l’Union Nationale des Associations Familiales, qui évoque "une usine à gaz très compliquée à mettre en oeuvre ! C'est très compliqué de définir la fragilité financière".

Selon lui les banques jouent sur cette opacité. Les frais d’incidents bancaires représentent 6,5 milliards d’euros par an pour l’ensemble des banques, une somme non négligeable pour Fabien Tocqué. "A fortiori dans un contexte économique de taux d’intérêts très bas, les banques se rattrapent sur les différentes commissions, en particulier les frais d'incidents. Il est illusoire de compter sur leur bonne volonté" Au total près de 8 millions de Français auraient des frais d’incidents bancaires tous les mois.

 

Une offre "client fragile" stigmatisante et inopérante, selon l'UNAF

Depuis six ans, les banques ont l’obligation d’accompagner les personnes en difficulté financière en leur proposant une «offre spécifique clients fragiles ». Cette offre plafonne ainsi les frais à 20 euros par mois et 200 euros sur l’année. Pour Fabien Tocqué coordinateur du pôle économie de l’Union nationale des associations familiales (UNAF), l’offre est inadéquate:

 

"C'est une offre qui ne répond qu'à 10% des besoins. Elle est stigmatisant, elle s'appelle 'offre client fragiles. Personne n'a envie d'être considéré comme tel. En terme de marketing, on ne pouvait pas faire pire. Aucun découvert autorisé, aucun chéquier, une carte qui n'autorise aucun dépassement. Quand vous avez un revenu un peu irrégulier, vous ne pouvez pas prendre cette offre. Elle ne répond à aucun de vos besoins". - Fabien Tocqué