single.php

Le burn out est-il une maladie professionnelle ?

Par La Rédaction

Le burn out est-il bel et bien une maladie professionnelle ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio le 29 Mai. Avec pour invités :
- Philippe Zawieja, chercheur associé à l’Université de Sherbrooke (Canada), et membre de la commission nationale « santé et qualité de vie au travail » de l’ANDRH (Association Nationale des DRH)
- Jean-Claude Delgènes, directeur général du cabinet Technologia, auteur du livre Idées reçues sur le burn-out (Éd. Le Cavalier bleu)
- Christophe Roth, délégué national pour la santé au travail et le handicap à la CFE CGC
- Benoît Serre, vice-président national délégué de l’ANDRH (Association Nationale des DRH).
 "Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

 

Thumbnail

L’organisation mondiale de la santé vient de reconnaître le burn out comme maladie professionnelle. En France, les autorités tardent à le reconnaître comme tel. Pourquoi ? Qu’est-ce qui pose problème ?

Un syndrome, pas une maladie professionnelle

"Attention aux mots employés : L’organisation Mondiale de la Santé fait entrer le burn out dans la classification internationale des maladies, décrypte Véronique Jacquier. Mais ne le reconnaît pas directement comme maladie professionnelle." Elle le reconnaît en fait comme un syndrome lié à l’activité professionnelle. "Un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès."

Une telle reconnaissance est déjà en soi une grande avancée. Mais quels sont les critères pour reconnaître un burn out, selon l’OMS ? On recense un sentiment d’épuisement, des idées négatives liées au travail et une efficacité professionnelle réduite. Si la définition de l’OMS ne va pas immédiatement faire reconnaître le burn out comme maladie professionnelle en France, elle peut faire avancer le débat. Jusqu’à présent, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, ont toutes deux été réticentes à s’emparer du sujet. Un projet de loi de la France Insoumise sur la reconnaissance du burn out a même été rejeté l’an dernier à l’Assemblée nationale.

Qui est responsable du burn out ?

Pourquoi cette crainte de voir le burn out reconnu comme malade professionnelle ? Les employeurs ne veulent pas de cette reconnaissance de maladie professionnelle. Ils risqueraient en effet d’en être tenus pour responsables. Cela ouvrirait des droits à l’indemnisation du préjudice, préjudice qui ne serait pas à la charge de la sécurité sociale, mais à celle de l’employeur via la branche Accident du travail-maladie professionnelle. "Les enjeux financiers sont énormes pour une entreprise", souligne Véronique Jacquier. "Qui est responsable ? Les managers défaillants ! C’est eux qu’il faudrait pouvoir attaquer et non faire porter le chapeau à la collectivité via une reconnaissance du burn out comme maladie professionnelle". 

"J’ai eu à gérer des gens en burn out, explique Benoît Serre, vice-président national délégué de l’Association Nationale des DRH. C’est multi causal, même si le travail peut être l’élément déclencheur. Qui est responsable ? Je ne ne suis pas sûr que ce soit le manager qui soit défaillant. C’est difficile de définir une seule cause. Or, quand vous cherchez une responsabilité, il faut parvenir à trouver une seule cause."

Le burn out peut être considéré comme le mal du siècle ; que faut-il faire maintenant ? "C’est compliqué de reconnaître le burn out comme maladie. C’est un ensemble de symptômes. Et il ne touche pas les salariés de la même façon", souligne Véronique Jacquier. Dans la même entreprise, quand un individu peut se réjouir d’avoir une énorme charge de travail et la montée d’adrénaline qui va avec, un autre ne le supportera pas. "La dégradation des conditions de travail, la disponibilité réclamée par certains employeurs via Internet même pendant les vacances mettent des salariés sous pression, souligne Véronique Jacquier. Pour certains, c’est un problème, pour d’autres non." En France, si le nombre de personnes concernées par un burn out reste flou, on estime tout de même que trois millions de salariés présenteraient un risque élevé de déclencher un syndrome d’épuisement.

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

L'info en continu
07H
04H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/