La France devient-elle un état policier ?

Assiste-t-on une dérive, à un recul des libertés en France ? C’est le débat du jour dans "Info vérité" sur Sud Radio le 24 Avril. Avec pour invités :
- Philippe de Veulle, avocat au barreau de Paris, cofondateur du collectif "Robes Noires et Gilets Jaunes" ;
- Gérald Kierzeck, médecin urgentiste à l'Hôtel Dieu à Paris ;
- Stanislas Gaudon, secrétaire national d’Alliance Police Nationale.
Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15.

Thumbnail

De plus en plus de gens parlent de recul des libertés en France, entre les armes utilisées lors des manifestations des Gilets Jaunes, les comparutions immédiates, et même, comme le révèle le Canard Enchaîné, le fichage des blessés lors de leur passage à l’hôpital. À cela s'ajoutent la loi sur les Fake News adoptée très rapidement et la loi anti casseurs. Il y aurait donc aussi à dire sur l’évolution de l’état de droit. Quid, enfin, de l’arrestation de Gaspard Glantz et de son interdiction de venir à Paris le samedi jusqu’à la date de son jugement ?

La toute puissance de l'exécutif

Où commence un état policier ? Pour Guillaume Jeanson, avocat au barreau de Paris et porte-parole de l'Institut pour la Justice, "la première question à se poser est le contrôle et et l’absence de judiciarisation des personnes. C’est la toute puissance de l’exécutif. On a raison de s’inquiéter des dérives constatées en France. Mais je ne pense pas que nous en soyons arrivés à un état policier."

Pourquoi ? "Il y a beaucoup de communication, d’hypocrisie, sur les moyens réels donnés aux forces de l’ordre pour accomplir leur mission. Le Président de la République a lui-même été à l’origine d’un recours sur certaines des mesures de la loi anti casseurs devant le Conseil Constitutionnel, qui est venu censurer la disposition phare de cette loi."

Veiller à ce que la presse ne soit pas muselée

Le fait de voir des journalistes arrêtés, et pas seulement des médias ouvertement engagés à gauche, cela ne pose-t-il pas question ? "On a beaucoup parlé de Gaspard Glantz. Quand on creuse, il a une histoire assez tumultueuse avec la police. Mais il y avait aussi Alexis Kraland, précise Guillaume Jeanson. En sortant de garde à vue, il est allé chez France 3 pour un sujet sur l’arrestation des journalistes, sujet supprimé sur ordre de la rédaction en chef... Oui, il faut bien veiller à ce que la presse ne soit pas muselée."

Enfin, que penser des fichages de blessés à l’hôpital ? "Si ces éléments sont avérés, ils sont problématiques au regard du secret médical, et de de l’immensité de la tentacule d’information de l’exécutif", estime le cofondateur du collectif "Robes Noires et Gilets Jaunes".

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !