"La deuxième vague est plus dure que la première, mais on ne ferme pas les écoles"

Nabil Hedar, président de la Confédération des Jeunes Engagés, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 13 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le port du masque dans les collèges et lycées est obligatoire. Mais il est très difficile d'avoir des informations sur les contaminations dans les établissements. (AFP)

Une organisation de jeunesse, la Confédération des Jeunes Engagés, réclame la fermeture des établissements scolaires.

 

Impossible de respecter le protocole sanitaire

"C’est une décision difficile à prendre, ce n’est pas facile de demander la fermeture des établissements scolaires, estime Nabil Hedar, président de cette confédération. Je pense qu’il n’y a pas besoin d’argumenter cent ans. Il n’y a qu’à regarder les images partagées sur les réseaux sociaux par les lycéens et les professeurs. Il n’y a pas assez de masques, pas de distanciation sociale, pas de moyens pour respecter tout le protocole sanitaire mis en place, sorti trop tard."

"Nous sommes en train de subir des politiques publiques qui n’ont pas assez investi dans l’Éducation Nationale, déclare-t-il. Nous sommes 40 dans des salles de classe, impossible de tenir. On a beau dire que l’on va diviser le nombre d’élèves par deux dans les classes. Mais au réfectoire, ils se retrouvent tous ensemble."

 

Une plainte pour mise en danger

"Cela fait des semaines que le gouvernement nous dit que la deuxième vague est plus dure que la première. Lors de la première, on a fermé les établissements scolaires. Et là, on ne les ferme pas. Regardez nos voisins européens. Je peux comprendre que les professeurs voient l’avenir de leurs élèves. Mais il faut se dire que mieux vaut perdre un an que de risquer de perdre des vies. De plus en plus de jeunes sont en réanimation ou victimes de la Covid-19."

La Confédération des Jeunes Engagés a t-elle engagé une procédure ? "Nous avons décidé de déposer une plainte contre l’État pour mise en danger des élèves et de la communauté éducative. Ce qui est scandaleux, c’est que l’on nous parle de contamination, mais il n’y a pas que les élèves qui sont contaminés. Ils rentrent chez eux, et après, contaminent les familles. Et après, certains demandent de garder le masque à la maison."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !