Iran - USA : jusqu’où peut aller l’escalade ?

La situation est de plus en plus tendue entre l'Iran et les États-Unis. Le président iranien Hassan Rohani a parlé de troubles mentaux à la Maison blanche mardi 25 juin. Jusqu'où peut aller l’escalade entre ces deux pays ? François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 26 juin animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. 

Thumbnail

Tensions entre l'Iran et les États-Unis : "c'est plutôt un signal de modération"

On a assisté mardi 25 juin à des échanges assez surprenants entre le président iranien Hassan Rohani et Donal Trump. Le président iranien a parlé de troubles mentaux à la Maison blanche et Donald Trump a répliqué évidemment immédiatement. On montre les muscles ou ça devient vraiment dangereux ? Pour François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran, "ça montre surtout qu'on ne veut pas franchir une ligne rouge, qu'il y ait des morts. L'escalade est montée assez haut et on ne sait plus très bien quoi trouver pour maintenir la pression sans créer l'irréversible. Les Iraniens ont descendu un drone mais ils ont fait attention de ne pas descendre un navire espion qui, lui, contenait un équipage américain. Et de même, les Américains se doutent que s'ils commencent à tuer des Iraniens, il y aura des réponses peut-être dans l'ensemble du Moyen-Orient, non seulement des Iraniens, mais aussi de leurs alliés".

Donald Trump a menacé L'Iran d'anéantissement, ce n'est pas anodin. Mais il faut donc relativiser les déclarations ? "Curieusement, c'est plutôt un signal de modération, puisqu'on se refuse d'aller au militaire qui tue".

"Des arrangements limités pour faire baisser la tension sont possibles, par une politique de petits pas"

Quel rôle pourrait jouer la France dans ces tensions ? "On attend des gens qui, en mouillant un peu leur chemise, pourraient calmer le jeu et rapprocher les deux parties. C'est encore possible. C'est clair que Donald Trump ne reviendra pas dans l'accord nucléaire qu'il a quitté il y a un an et les Iraniens n'accepteront pas de renégocier ce fameux accord nucléaire que Trump considère très mauvais, tant que Trump ne reviendra pas. On a donc une situation bloquée sur les grands principes

Mais il est clair que des arrangements limités pour faire baisser la tension sont possibles, par une politique de petits pas. Encore faut-il mettre les deux parties en contact, qui ne peuvent plus se parler directement".

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !