single.php

Hôtels : "J'ai très peu de rentrées d'argent, mais j'ai toujours autant de charges à payer"

Bruno Le Maire réunit le comité interministériel du tourisme lundi 12 octobre pour faire un point sur la situation économique du secteur. De nouvelles mesures pourraient être annoncées, en plus du maintien du chômage partiel jusqu'à la fin de l'année. Cet été, les dégâts ont été limités car les Français sont restés dans le pays, mais depuis le début de l'année, 46.000 emplois ont été détruits dans l'hôtellerie et 30.000 autres sont menacés d'ici à la fin de l'année. À moins d'une semaine des vacances de la Toussaint, les réservations chutent. À Paris, c’est l’hôtellerie qui souffre le plus.

Covid-19 : à Paris, c’est l’hôtellerie qui souffre le plus. © AFP

Reportage à Paris de Grâce Leplat pour Sud Radio

 

"Si ça continue, je vais devoir mettre la clef sous la porte et je vais me retrouver sans rien..."

"Si ça continue, je vais devoir mettre la clef sous la porte et je vais me retrouver sans rien..." prévient Florine, gérante d'un petit hôtel parisien aux fauteuils de velours et à la lumière tamisée. Il y a un an, ses parents lui ont laissé la gestion de l’hôtel. "Cet hôtel représente pour moi beaucoup de choses, c'est la réussite de mes parents, explique-t-elle. Ça fait même pas un an que j'ai repris la gestion et tout s'effondre... Forcément je me sens coupable", confie-t-elle

Avec la Covid-19, les voyages vers la France sont divisés par deux et Paris est la ville la plus touchée : à l’approche de la Toussaint, les réservations d’hôtels chutent de plus de 80%. "Je reçois des appels tous les jours, je ne sais même pas si je vais rester ouverte pour la Toussaint, annonce Florine. J'ai très peu de rentrées d'argent, mais j'ai toujours autant de charges à payer, ça devient catastrophique".

 

"Le tourisme est victime d'un climat anxiogène et souvent injustifié"

Didier Arino, directeur associé du cabinet Protourisme, suit de près cette détresse et selon lui, l’État a un rôle à jouer. Il doit "arrêter de faire peur à nos concitoyens pour leur départ en vacances. Il faut aussi faire confiance aux professionnels du tourisme qui ont mis en place des protocoles sanitaires. Le tourisme est victime d'un climat anxiogène et souvent injustifié", estime-t-il.

Pour la Toussaint, le secteur du tourisme compte sur le soleil, un moteur pour les réservations hôtelières.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

 

 

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/