François Bricaire : "vous n'aurez pas d’immunité collective si vous ne vaccinez pas l'ensemble de la population"

François Bricaire, infectiologue et membre de l’Académie de médecine, était l'invité de Philippe Rossi dans "Les vraies voix" le 12 juillet 2021 sur Sud Radio.

François Bricaire, invité de Philippe Rossi dans "Les vraies voix" sur Sud Radio. © AFP

Pour François Bricaire, les forces de conviction n'étant manifestement pas suffisantes, il est venu le temps de rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire.

 

François Bricaire : "l’Académie de médecine est complètement favorable à l’obligation vaccinale pour le personnel soignant"

"Pour les soignants que nous sommes, nous avons une responsabilité éthique vis-à-vis des malades dont nous avons la charge. Par conséquent, on doit tout faire pour ne pas les contaminer. Si nous sommes porteurs du virus parce que nous ne sommes pas vaccinés, nous sommes en situation de rupture vis-à-vis de nos engagements éthiques. L’Académie de médecine est donc complètement favorable à l’obligation vaccinale pour le personnel soignant", a déclaré François Bricaire.

Interrogé sur les déclarations de François Bayrou, le Haut-commissaire au Plan, dimanche 11 juillet 2021 dans l’émission BFM-Politique, où il plaidait pour la vaccination obligatoire pour tout le monde, François Bricaire a déclaré : "les propos de François Bayrou ne me choquent pas, quand il dit qu’il faut aller plus loin dans la vaccination soit des professions qui sont au contact du public, soit même de l’ensemble des adultes".

"Ces gens qui refusent la vaccination sont tout de même contents d’avoir les moyens de l’État à leur disposition quand ils sont malades"

"Nous sommes dans une situation difficile avec une épidémie qui est en train de recommencer, avec un variant Delta particulièrement contagieux, une possibilité d’augmentation de cas dans les jours qui viennent… Il faut donc impérativement forcer sur la vaccination. On nous dit : ‘il faut convaincre’. Mais ceci est fait depuis déjà longtemps. Nous sommes aujourd’hui face à un certain nombre de gens qu’il faudrait vacciner et qui ne veulent pas se faire vacciner. Ils sont souvent convaincus que la vaccination, c’est pas bien, que la vaccination, on peut s’en passer, que la vaccination, c’est pour les autres…

 


 

Par conséquent, il faut prendre ses responsabilités. Le pouvoir politique tout comme les corps de santé, dont l’Académie de médecine fait partie, doivent prendre leurs responsabilités en allant vers un geste vaccinal obligatoire. Regardez les gens qui sont aujourd’hui en soins intensifs, à l’hôpital Bichat par exemple. Ce sont des gens qui ont refusé la vaccination. Or, ces gens qui refusent la vaccination sont tout de même contents d’avoir les moyens de l’État à leur disposition quand ils sont malades. Une maladie qui est, disons-le, la conséquence de leur refus vaccinal", a poursuivi François Bricaire.

 


 

"Si les forces de conviction sont insuffisantes, il faut aller plus vers la vaccination"

"Que l’obligation vaccinale perturbe beaucoup de gens, qu’ils disent que c’est une atteinte à la liberté, c’est parfaitement compréhensible. En revanche, on sait pertinemment que contrôler une épidémie, c’est avoir 90 à 95% de couverture vaccinale pour avoir cette fameuse immunité collective. Vous n’aurez pas d’immunité collective si vous ne prenez pas l’ensemble de la population. Si vous prenez les gens qui sont volontaires pour la vaccination, vous aurez un taux aux alentours de 40-45%. Si vous voulez aller au-delà, si les forces de conviction sont insuffisantes, et c’est ce qui se passe actuellement, il faut trouver le moyen d’aller plus vers la vaccination. Cela est vrai sur le territoire national, mais aussi à l’échelle planétaire : l’épidémie ne sera contrôlée que lorsqu’on aura vacciné suffisamment de monde", a poursuivi François Bricaire.

 

 
 

Cliquez ici pour écouter "Les vraies voix" avec Philippe Rossi

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !