Faut-il imposer un menu végétarien par semaine dans les cantines scolaires ?

A partir de novembre, un menu végétarien sera au menu chaque semaine dans les cantines scolaires françaises. Faut-il l'imposer ou plutôt l'inciter ? C'est la question posée sur Sud Radio, mercredi 28 août.   Avec l'obligation, des maires pourraient se tourner vers l'alimentation industrielle Le menu végétarien imposé à l'école fait débat : si cela […]

Un menu végétarien devrait être imposé à toutes les cantines de France, dès novembre 2019. (Photo by CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

A partir de novembre, un menu végétarien sera au menu chaque semaine dans les cantines scolaires françaises. Faut-il l'imposer ou plutôt l'inciter ? C'est la question posée sur Sud Radio, mercredi 28 août.

 

Avec l'obligation, des maires pourraient se tourner vers l'alimentation industrielle

Le menu végétarien imposé à l'école fait débat : si cela incite les enfants à manger des légumes, pourquoi pas ? Mais faut-il pour autant l'imposer chaque semaine dans les cantines ? Les maires sont divisés sur la question. Dominique Dhumeaux, maire de Fercé-sur-Sarthe, vice-président de l’association des Maires ruraux de France, répond : "L'idée de proposer des goûts et des mets différents aux enfants, c'est quelque chose qui nous tient à cœur, et on s'y applique chaque année dans nos cantines scolaires. La difficulté d'obligation se pose surtout pour les petites communes qui ont des cantines qui fonctionnent soit en régie, avec un nombre de menus limités, ou alors qui font fonctionner l'auberge du village. Dès que l'on parle d'obligation, notre peur c'est que des maires finissent par jeter l'éponge parce que c'est toujours difficile de maintenir une école en régie dans un petit village, et s'orientent vers de l'alimentation industrielle."

"Il faut réformer l'agriculture et notre façon de consommer"

Est-ce que l'on mange trop de viande en général ? Oui, pour Laurent Gaillard, coordinateur du collectif Cantine verte 78 : "La consommation mondiale de viande est la moyenne est de 40 kilos par personne, en France c'est 86 kilos par Français par an. Il va falloir diviser par deux la consommation de viande si nous voulons rester sous le fameux degré 5. Mais la diviser par deux par rapport à la moyenne mondiale, donc passer à une vingtaine de kilos au lieu de 86. Toutes les viandes de mammifères, bœuf et mouton en l'occurrence, devront être réduites de 80-90% à l'échéance de 2050, pour atteindre cet objectif de neutralité carbone. Il est impensable d'atteindre cet objectif sans réformer drastiquement notre agriculture et notre façon de consommer".

Laurent Gaillard explique aussi : "48% de la céréale française sur le marché interne est donnée aux animaux, contre 28% pour les hommes. Mais nous sommes totalement dépendants des importations de soja, dont on parle puisque la forêt amazonienne brûle. La France à elle seule importe 2 millions de tonnes du soja brésilien, et c'est donné essentiellement aux volailles (50%), 24% pour les porcs, 16% pour les vaches laitières et 7% pour les races à viande".