Vacciné en bus, dans un vaccinodrome, ou même à Disneyland... "Je vais me coucher en me disant: c'est fait"

Les petites communes se retroussent les manches pour leurs séniors. Dans les Bouches-du-Rhône, une dizaine de villes et villages proposent aux plus fragiles un service de vaccination clés en mains. Prise de rendez-vous et transport compris. Le tout offert par la mairie. Et les premiers concernés en sont ravis.

Une préparatrice avec une dose du Pfizer/BioNtech au Parc des Expositions de Toulouse. (GEORGES GOBET / AFP)
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

 

Le trajet en bus s’est bien passé: même si c’est un peu long, presque deux heures de route aller-retour pour aller se faire vacciner à l’hôpital de la Timone. "Je préférais autant prendre le bus que descendre à Marseille en voiture ! Il faut mieux être tranquille en bus, à notre âge... On se sent plus forts quand on est plusieurs !" 18 séniors, ce jour là, sont du voyage au départ du village de Mimet. La mairie a tout géré de à A à Z. Le transport, mais aussi la prise de rendez vous. "On nous a fait rentrer rapidement, la vaccination s'est passé très vite! On a juste eu le temps d'enlever sa chemise et de repartir avec la chemise à la main... Donc tout était parfait. L'organisation de la mairie m'a facilité les choses." Comme Mimet, 10 communes des Bouches du Rhône offrent gratuitement ce service de vaccination clés en mains aux plus fragiles. "C'est trop compliqué pour les personnes âgées", explique le maire, Georges Cristiani. "Si les maires ne sont pas au front, ça ne marchera jamais ! Ils ne le comprennent pas, ça, à l'Elysée... Une personne de plus de 75 ans, c'est trop difficile pour elle d'aller sur internet, de patienter des heures... C'est notre mission d'élus de proximité !" De son côté, le département vaccine directement dans les villages avec un vaccinobus qui sillonne une vingtaine des plus petites communes.

 

"Quand on s'est rendu compte que les personnes âgées n'étaient pas des chiffres, la commune a décidé d'affréter des cars ! C'est trop compliqué l'informatique, internet, Doctolib...." - Georges Cristiani

 

 

Des pompiers mobilisés jusqu'à Disneyland !

Les pompiers sont mobilisés pour tenir l'objectif des "10 millions de primo-vaccinés à la mi-avril". Des centres éphémères de vaccination ont été ouverts partout en France ce week-end, comme à Chelles en Seine-et-Marne

Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

Anthonia, 71 ans, vient de recevoir une première dose du vaccin Pfizer… "Il était temps", souffle cette retraitée, soulagée. "On se dit qu'on va avoir un peu plus de liberté, pour sortir de cette situation assez rapidement..." Ce centre de vaccination est entièrement géré par les sapeurs-pompiers de Seine-et-Marne. 1000 injections ont été réalisées ce week-end, se  réjouit Le capitaine Sylvain Wdowik. "La grande force des sapeurs-pompiers, c'est une capacité de monter en puissance. Nous avons aussi une expertise en matière de logistique et de gestion de flux de personnes. Et donc aujourd'hui, on s'inscrit complètement dans cette démarche de secours et de soutien à la population." Une organisation millimétrée avec 15 sapeurs pompiers mobilisés tout le weekend sous la supervision du capitaine Jean-Baptiste Aubertin: "

"Enregistrement, injection, quart d'heure de surveillance... En 20 à 25 minutes maximum, l'acte est fait !"

Paquita, 72 ans, a encore du mal à réaliser qu’elle est enfin vaccinée. "Je vais me coucher en me disant: c'est fait." Les sapeurs-pompiers de Seine-et-Marne continueront d’être mobilisés ces prochaines semaines… Mi-avril, un vaccinodrome va ouvrir dans un hôtel de Disneyland Paris.

 

"Début avril, nous allons ouvrir un vaccinodrome sur le site de Disney pour passer à 1000 doses par jour. C'est lié à une arrivée massive de doses ces dernières semaines" - Capitaine Sylvain Wdowik