Des gilets jaunes à Londres pour soutenir Julian Assange

Des gilets jaunes à Londres
Des gilets jaunes à Londres - Clément Bargain / Sud Radio

80 gilets jaunes ont fait le déplacement à Londres depuis Paris pour soutenir le fondateur de WikiLeaks, arrêté puis condamné à Londres, et désormais réclamé par les Etats-Unis. Tous ont fait le déplacement pour soutenir la liberté d'expression et d'information, à l'initiative de la figure des gilets jaunes Maxime Nicolle, et de l'avocat Juan Branco.

Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

Malgré une grosse journée de manifestation le 1er mai, ces 80 gilets jaunes ont tenu à être là, devant le tribunal, dans lequel la demande d’extradition de Julian Assange vers les États Unis était examinée. Alice vient de région parisienne: "J'espère que ça fera bouger le monde, un peu."

 

Réclamé par les Etats-Unis

Le fondateur de WikiLeaks a été condamné à Londres à cinquante semaines de prison pour violation de ses conditions de liberté provisoire, mercredi. C'est maintenant la justice américaine qui réclame avec insistance son extradition pour "piratage informatique". Les USA lui reprochent la divulgation de centaines de milliers de documents secrets défense, notamment des photos montrant les sévices et humiliations infligées aux prisonniers irakiens par des militaires américains en Irak, ou encore une frappe militaire sur des civils à Bagdad en juillet 2007. Les magistrats britanniques devaient se prononcer sur cette demande d'extradition ce jeudi. Ils rendront finalement leur décision d'ici la fin du mois.

"Un héros"

Les gilets jaunes rejoignent d’autres soutiens britanniques et étrangers: "J'ai pleuré quand ça a commencé, au début j'avais des larmes. C'est un héros".
Un héros, c’est aussi comme ça que Xavier parle de Julian Assange: "Il a publié des millions de documents qui se sont tous avérés exacts, qui dénoncent des crimes de guerre, des exactions faites par les puissants en secret."

 

"On essaye de l'écraser"

Après le tribunal, rassemblement devant l’ambassade d’Équateur. Le fondateur de Wikileaks s’y est réfugiée pendant presque sept ans.. Hugo, bordelais, ne peut cacher son émotion..."Je reste bouche bée quand j'entends ce que ces personnes peuvent traverser et subir, comment on essaye de les écraser."
Même si la demande d’extradition sera finalement examinée d’ici la fin du mois, la figure des gilets jaunes Maxime Nicolle veut faire pression sur le gouvernent britannique. "On doit d'abord protéger ce qui est pour le bien collectif. Les Etats-Unis, s'ils ont fait des conneries et que ça a été dévoilé, c'est à eux d'assumer les conséquences, c'est pas à Julian Assange." Certains gilets jaunes comptent bien revenir à Londres dans les prochaines semaines pour réitérer leur soutien à Julian Assange.

Les rubriques Sudradio