Des chats empoisonnés à Sorgues dans le Vaucluse: "ils ont des sortes de spasmes"

Un tueur de chats à Sorgues  dans le Vaucluse: véritable hécatombe. Sept victimes en à peine deux semaines. Depuis la fin du mois de mai, les chats tombent comme des mouches dans un quartier pourtant tranquille. Tous empoisonnés, souvent retrouvés dans le coma. Il a fallu en euthanasier la plupart. Des plaintes ont été déposées.

(CATHERINE GUGELMANN / AFP)
 Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

Sept empoissonnements depuis le 25 mai. Pour la plupart, des chats errants retrouvés dans la rue ou dans les jardins de particuliers de ce quartier des Daulands à Sorgues. Au total , six morts tous avec les mêmes symptômes, explique Line Bianchi de l’association Sorgu’Ami chats:

"Le chat est prostré. Quand vous l'approchez, il a des sortes de spasme" - Line Bianchi, Sorgu’Ami chats

 

"Plusieurs affaires par mois"

Des empoisonnements peuvent être avec des médicaments humains comme des psychotropes. La SPA du Vaucluse a porté plainte, raconte l’administratrice du refuge Marie-Claude Thomas: "Il y a des gens qui n'aiment pas du tous les gens... Les traces sur les pare-brises, les déjections dans les jardins potagers". Des affaires de maltraitance de ce type, il y en a plusieurs par mois dans le Vaucluse, relate l’association Sentinelles Ethique Animale dirigée par Mathieu Rivoal:

"On avait été contacté pour un chat mis à mort à coups de barres à mine et sodomisé avec. On a aussi des chats tués, énucléés [œil arraché, ndlr), oreilles coupées. Là, on tombe de le "serial-killer" de chats!" - Mathieu Rivoal, Sentinelles Ethique Animale

 

S’en prendre ainsi à un animal peut coûter jusqu'à 30.000 euros d’amende.

 

"Avant d'être dans le coma, ils souffrent terriblement"

"Ce sont des chats qui ont faim, qui passent d'une villa à une autre pour être nourris. Quelqu'un a dû les appâter en leur donnant à manger et en mettant dedans un toxique. Avant d'être dans le coma, ils souffrent terriblement. On peut imaginer quelqu’un qui a une villa, qui fait un potager, et qui ne peut plus supporter que les chats viennent gratter" - Line Bianchi dirige l’association Sorgu’Ami chats, elle tente de comprendre qui peut bien en vouloir à ces animaux dans le quartier des Daulands.