De Marseille à Cassis, les éco-gardes veillent sur le littoral

Les éco-gardes préservent le Parc national des Calanques. Un reportage de Lionel Maillet.

Thumbnail
Un millier de plaisanciers par jour à surveiller de Marseille à Cassis.

Eau bleu azur et falaises à couper le souffle : de Marseille à Cassis, le Parc national des Calanques attire les foules chaque été. Randonneurs, plaisanciers, bateaux remplis de touristes : préserver l’environnement est LA priorité.

 

Des plaisanciers peu scrupuleux

Une vingtaine de gardiens de la nature, des éco-gardes, sillonnent le parc à terre et en mer pour sensibiliser les touristes au respect du site. Interdiction de fumer, de camper ou de jeter l’ancre n’importe où. Lionel Maillet a justement embarqué avec une patrouille maritime. Sur la mer turquoise, les éco-gardes patrouillent autour de l’archipel du Frioul, dans la rade de Marseille. Au milieu des nombreux plaisanciers, c’est un voilier qui est contrôlé : les déchets sont ramenés au port dans un sac plastique.

Avec ce couple de retraités, le message est reçu cinq sur cinq. Mais ces habitués des lieux sont exaspérés par ce qu’ils voient tous les étés : "les gens mangent et jettent à la mer. Ils mangent sur leur bateau, rassemblent tout dans une assiette, regardent autour d’eux et s’il n’y a personne, hop, on jette tout par dessus bord".

Pas le droit de verbaliser

Une vingtaine d’éco-gardes sillonnent le parc nationale des Calanques, rappellent les consignes de sécurité, les règles à respecter. "On va vous demander, quand vous jetez l’ancre, de privilégier les zones claires. Le foncé, c’est l’herbier de Posidonie, une espèce largement arrachée dans les petites criques par les voiliers de plaisance. Elle pousse d'un centimètre par an. Si vous l’arrachez, il y en a pour dix ans. Les poissons pondent leurs œufs dedans et se cachent dedans. Si elle disparaît…"

Uniquement des recommandations, les éco-gardes n’ont pas le droit de verbaliser. Didier Réault, adjoint à la mer de la ville de Marseille : "dans 95% des cas, les comportements changent. Pour les 5% restants, c’est à la Police nationale et aux Affaires maritimes de faire ce travail. La ville de Marseille compte 42 km de littoral, un vrai patrimoine". Un patrimoine sur lequel les éco-gardes veillent tout l’été, de Marseille à Cassis.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !