Damien Abad (LR) : "ça sent le recul du gouvernement sur l'âge pivot"

Damien Abad, député LR de l'Ain et président du groupe LR à l'Assemblé nationale, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 19 décembre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Damien Abad, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 19 décembre à 7h40.

Damien Abad : "il y a un double langage du gouvernement qui va entraîner la double peine pour les Français"

Qu'est-ce qui pourrait arrêter la grève ? Selon Damien Abad, "il y a malheureusement un dialogue qui est rompu, parce qu'il y a un double langage du gouvernement estime-t-il, qui va entraîner la double peine pour les Français. Ni la paix sociale immédiate, ni le sauvetage des retraites à long terme. Malheureusement, il n'y a pas de baguette magique pour stopper la grève d'un coup quand on a tenu un double langage pendant trop longtemps. Pour lui, il y a une responsabilité du gouvernement sur le calendrier.  Dans toutes les réformes faites par la droite, il n'y jamais eu un calendrier pris à côté de Noël rappelle-t-il. Là c'est 15 jours avant Noël, ce qui est contestable, parce qu'il y a un impact économique majeur pour les commerçants. Il y a également une responsabilité sur la méthode et sur le fond de la réforme des retraites".

Pour Damien Abad, "la balle est dans le camp de tout le monde : il y a une part de responsabilité d'un certain nombre de syndicats, mais aussi du gouvernement. Aujourd'hui, on ne sait plus de quelle réforme on parle. Prenons le psychodrame qui est en train de se passer sur la question de l'âge pivot ou l'âge d'équilibre. Les Français ne comprennent plus estime Damien Abad. Le président de la République a dit qu'il ne toucherait pas à l'âge légal de départ à la retraite, ça sera 62 ans pour tout le monde et le Premier ministre dit que finalement ça sera 64 ans en 2027. Aujourd'hui, on nous dit que ça pourrait ne plus être le cas. Tout ceci crée de la confusion, du flou et surtout de l'angoisse auprès des Français".

 

"On veut équilibrer financièrement le système des retraites pour éviter les baisses de pensions généralisées"

Dans leur contre projet, les Républicains seraient pour une retraite à 65 ans soulève Patrick Roger. "Notre contre projet est très clair soutient Damien Abad. On veut équilibrer financièrement le système des retraites pour éviter les baisses de pensions généralisées. Oui il y a un report de l'âge légal, 64 ans à 8 ans, 65 ans à 12 ans, mais il n'y a pas que cela tient-il à préciser. Il y a aussi des mesures sociales sur la pénibilité, sur les carrières longues, sur le cumul emploi-retraite, sur la question de l'emploi des séniors, et il y a aussi la fin des régimes spéciaux, au nom de la justice et de l'équité entre les Français. Si demain on n'a pas d'équilibre du système de retraites, soit ce sera la baisse des pensions, soit la hausse des impôts. Le gouvernement doit dire la vérité aux Français".

Selon Damien Abad, "personne ne dit que la suppression des régimes spéciaux voulue dans le projet du gouvernement ne va commencer en 2047. Ensuite, le système par points pose un certain nombre d'interrogations pour les mères de famille ou les carrières longues notamment. Il n'y a aucune garantie sur la valeur du point. Ce gouvernement avait parlé de garantie pour l'indexation des retraites au niveau de l'inflation et il a pratiqué la désindexation des retraites et c'est la censure du Conseil constitutionnel qui a sauvé les choses. Personne ne croit le gouvernement. Chez les Républicains, on est pour un système universel de base explique-t-il, pour préserver les régimes complémentaires, qui seront aujourd'hui captés".

 

"Ça sent le recul du gouvernement sur l'âge pivot"

Le Premier ministre Édouard Philippe réunit jeudi 19 décembre après-midi les organisations patronales et syndicales. Pour Damien Abad, "ça sent la grande reculade du gouvernement sur l'âge pivot. Il y a une pression de l'aile gauche de La République En Marche. Ce serait la première fois que le gouvernement recule sur une grande réforme et qui montrerait qu'il aura perdu ses galons de l'audace réformatrice. Une réforme à points sans la mesure d'âge, c'est  une réforme intenable, impossible".

Cette question de l'âge d'équilibre est-elle une manoeuvre pour donner du grain à moudre aux syndicats ? s'interroge Patrick Roger. "Il y a beaucoup de cynisme dans cette présentation de la réforme des retraites : d'abord, le faire 15 jours avant Noël uniquement pour gagner la bataille de l'opinion. Et puis l'autre aspect cynique, c'est de parler d'âge pivot pour que personne ne comprenne".

 

Municipales : "la République en Marche a fait le choix de la stratégie du coucou"

Concernant les prochaines élections municipales, "la République en Marche a fait le choix de la stratégie du coucou estime Damien Abad, c'est-a-dire de venir grignoter dans le nid des autres parce qu'ils n'ont pas de responsables politiques locaux. Nous on a un choix clair : on soutient nos maires sortants, qui a fait la preuve de son efficacité sur le terrain. On a des candidats qui nous permettent soit de l'emporter, soit de confirmer nos positions, et surtout de montrer que les Républicains sont la première force politique territoriale.

Il n'y a pas d'alliance locale passée avec la République en Marche précise-t-il, mais il y a un certain nombre de fois où quand vous avez une tête de liste LR, il y a toujours eu des listes d'ouverture, vous n'avez jamais dans une liste 30 personnes qui viennent de la même famille politique. La REM n'a rien inventé sur ce sujet. La condition pour soutenir la tête de liste est qu'elle doit être LR".

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !