"Créer une obligation alors qu'on n'aura pas de vaccin pour tout le monde, c'est ridicule !"

Faut-il rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire?  C'est en tout cas l'idée portée par certains élus, de Aurélien Pradié (LR) à l'écologiste Yannick Jadot. Idée présentée au lendemain de l'annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech de l'efficacité de leur candidat-vaccin. Mais dans le même temps, un sondage Ipsos montre que seulement 54% des français sont à ce jour déterminés à se faire vacciner contre le covid-19. un taux en baisse, et surtout beaucoup moins élevé que dans le reste de la planète, 73%.

Inoculation d'un potentiel vaccin anti-covid-19 à Istanbul. (Yasin AKGUL / AFP)
Reportage Sud Radio de Cyprien Pézeril

 

Vacciner tous les français contre le Covid-19, c'est indispensable pour Gérard 68 ans, qui se dit "persuadé de l'intérêt de la vaccination".

"Je pense que c'est ça qui sauvera l'humanité. Mon épouse est fragile, ça pourrait la tuer d'attraper le covid"

En France, 11 vaccins - principalement pour les nouveaux nés - sont obligatoires... Celui contre le covid sera-t-il le 12e ? Hors de question pour Pierrette et Marc:

"Chacun fait ce qu'il veut, c'est tout, on ne va pas rentrer dans une dictature ! Prenons le temps, n'allons pas trop vite en besogne: j'ai peur que le vaccin me mette K-O, tout simplement !"

 

D'abord "multiplier les points de vaccination"

 

À peine un français sur deux compte se faire inoculer le vaccin, selon un récent sondage Ipsos. Les y obliger n'est ni souhaitable, ni réalisable, prévient Jean-Paul Hamon, président d'honneur de la fédération des médecins de France:

"Il faut arrêter avec ces obligations, il faut arrêter de taper sur les Français ! Ils ont été particulièrement responsables, les gens qui en ont besoin vont se vacciner... De toute façon, créer une obligation alors qu'on sait qu'on n'aura pas de vaccin pour tout le monde, c'est ridicule !" - Jean-Paul Hamon

Quoi qu'il en soit, pour que la vaccination devienne obligatoire, il faudrait une loi... Et pour l'instant, les députés de la majorité s'y opposent. Pour Julien Borowczyk, président LREM de la commission d'enquête coronavirus à l'Assemblée et médecin généraliste de formation, il faut inciter plutôt qu'obliger à la vaccination:

"J'ai peur qu'il y ait un peu de rébellion. Je crois qu'il faut d'abord sensibiliser, faire de la pédagogie, proposer qu'il y ait une disponibilité des vaccins partout, c'est à dire chez tous les soignants, au delà des pharmaciens: chez les médecins, infirmiers et infirmières, pour multiplier les points de vaccination. Après, on verra s'il faut en arriver à l'obligation, mais je crois qu'il faut y aller de manière pédagogique et d'abord prudente en attendant de voir ce que le vaccin vaut vraiment, parce-que pour l'instant ça reste une annonce - très positive, certes - mais également très économique, vous l'aurez  compris" - Julien Borowzcyk, député LREM de la Loire