single.php

Covid-19 : "La sphère familiale ne vous protège pas"

Le professeur Vincent Bounes, chef du Samu 31 au CHU de Toulouse, était l’invité de Patrick Roger le 30 septembre dans l’émission « C’est à la une » sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Dans cette crise sanitaire, faut-il aller jusqu’à interdire les fêtes privées ? Le professeur Vincent Bounes, chef du Samu 31 au CHU de Toulouse s’est joint à l’appel du préfet de Haute Garonne.

 

Des contaminations majoritairement en famille

"Il ne faudrait pas que cette mesure de fermeture des bars, de restriction des restaurants, serve à rien, souligne le Pr. Bounes. Il faut vraiment que la population se responsabilise, apprenne à respecter les mesures sanitaires." À partir de quand faut-il parler de fête privée ? "Cela commence assez vite, on a une barrière psychologique qui tombe : quand on arrive à la maison, on pense que l’on est à l’abri du danger."

Or, souligne le chef du Samu 31 au CHU de Toulouse, "les contaminations sont majoritairement à l’intérieur de la famille. C’est important qu’on le sache et qu’on élargisse les mesures barrières à l’environnement familial proche." Mais que peut faire une famille avec des enfants ? "Bien sûr, je suis père de cinq enfants, je sais que c’est compliqué. L’un des vecteurs importants de la maladie, ce sont les adultes jeunes. Les petits enfants le sont beaucoup moins que l’on pensait, et c’est difficile de ne pas faire de câlins aux enfants. À partir du lycée, il faut se responsabiliser. Quand on est étudiant, il ne faut pas trop s’approcher. La sphère familiale ne vous protège pas."

 

Se vacciner contre la grippe

Comment conseiller de ne pas faire de fête au-delà de quelques personnes ? "Oui, c’est compliqué. Rappelez-vous les grappes d’étudiants sur les bords de la Garonne à la rentrée. On voit les fêtes des bars se reporter sur les chambres, les appartements, avec 15 ou 20 jeunes qui ne respectent pas les mesures barrière. Pour eux, il y a peu de risques. Mais ils vont rentrer chez eux pour les fêtes de la Toussaint. Nous nous attendons à une catastrophe sanitaire. Il faudra que le virus circule, mais quand on aura protégé les personnes à risque. La bataille n’est pas gagnée."

Quelle est la situation au Samu 31 ? "À la rentrée étudiante, nous avons eu beaucoup de jeunes qui nous appelaient. Maintenant, ce sont des plus âgés, des hommes de plus de de 60 ans qui nous disent « je m’étouffe ». On sent bien que certains vont finir en réanimation. C’es vraiment cela, le Covid, des patients qui s’étouffent." Faut-il se vacciner contre la grippe ? "Le vaccin est recommandé, notamment pour les personnes à risque, cela n’a pas changé, rappelle le Pr. Bounes. Il faut qu’elles comprennent que ce sont elles qui risquent de mourir, du Covid ou de la grippe."

Retrouvez « C’est à la une »  du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter « C’est à la une »

L'info en continu
08H
21H
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/