Coronavirus : La Nouvelle-Aquitaine se prépare à la "vague" qui approche

Daniel Flaharty, médecin généraliste à La Brède en Gironde, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 24 mars. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Loic VENANCE - AFP

Daniel Flaharty est médecin généraliste à La Brède en Gironde, dans le secteur des Graves, à 10 km de Bordeaux. La Nouvelle-Aquitaine et la Gironde étaient encore préservées jusque-là. Comment se préparent les médecins sur place ?

 

La téléconsultation devient la règle

"Depuis un peu plus d’une semaine, nous avons lancé un groupe WhatsApp afin que tous les médecins puissent communiquer, explique le Dr Flaharty. Nous avons principalement activé la solidarité entre médecins, mis à disposition nos ressources. Nous avons répertorié les masques FFP2 disponibles dans les cabinets médicaux afin de pouvoir se les partager et que chaque médecin puisse consulter en sécurité." Ont-il reçu des masques ? "Nous n’en avons reçu aucun des autorités. Par contre, nous avons reçu des masques des entreprises et de particuliers. Certains avaient la chance d’avoir en réserve d’anciens masques reçus pour l’épidémie H1N1."

Continue-t-il de consulter ? "L’attitude est différente en fonction des médecins, de leur équipement. La recommandation reste la téléconsultation. Pour ma part, je fais principalement de la téléconsultation. 95% de mes visites se font ainsi, certains de mes confrères en font un peu moins."

S'inspirer de ce qui se fait ailleurs

"Nous sommes dans l’attente de cette vague qui, on le sait, va arriver ", souligne le médecin généraliste. La montée en puissance de l’épidémie est évidente en Aquitaine. Elle se voit par l’angoisse des patients, dans les cas suspects que nous voyons. Nous avons un peu moins de patients, mais il y a des cas suspects, des décès. Il faut vraiment prendre cette épidémie au sérieux. Les mesures de confinement sont indispensables pour protéger le personnel de santé, les soignants. C’est la première barrière pour cette épidémie. Si nous tombons, il y aura de vraies difficultés."

Les médecins de Nouvelle-Aquitaine sont-ils en contact avec les centres hospitaliers de la région ? "Dans notre groupe WhatsApp, des médecins relaient les informations des centres hospitaliers, des autorités, des régions particulièrement touchées en ce moment. On peut ainsi avoir une vision de ce qui nous attend, de ce qui se fait ailleurs, des bonnes attitudes à adopter : comment recevoir un afflux de patients, modifier son cabinet, la façon de les accueillir, pour augmenter la sécurité des personnes que nous allons prendre en charge."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !