Christine Allard : "L'hypovigilance est la première cause d’accident mortel sur autoroute"

Christine Allard (Sanef) : "L'hypovigilance est la première cause d’accident mortel sur autoroute"

Christine Allard (directrice de la communication pour le groupe Sanef) était ce vendredi l'invitée de Dimitri Pavlenko dans le Grand matin sud Radio.

Du 7 juillet au 20 août, la Sanef (Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France) et la Sécurité routière s’associent pour une opération baptisée "On pose pour la pause", destinée à sensibiliser les automobilistes sur les dangers de la route lors des longs trajets. L’idée est d’encourager les conducteurs à poster des clichés, pris pendant leur pause, sur le réseaux social Instagram. Alors que les premiers départs en vacances se profilent, on en parle avec Christine Allard, directrice de la communication pour le groupe Sanef.

Bonjour Christine Allard, pouvez-vous d’abord nous expliquer ce qu’est cette opération ?

En fait, cette opération a pour objectif de sensibiliser à hypovigilance, qui est la première cause d’accident mortel sur autoroute. Donc il s’agit effectivement, dans cette période de départs en vacances, de sensibiliser à l’importance de faire une pause sur la route pour se reposer, repartir et arriver à destination en pleine forme.

La route des vacances est-elle plus dangereuse ? Mesurez-vous davantage d’accidents sur votre réseau Sanef, en cette période de départs ?

Là où il faut être vigilant, c’est sur les longs trajets. Quand on fait une route pour partir en vacances, on va, au bout d’un moment, commencer à ressentir des signes de fatigue, c’est-à-dire des petits picotements dans les yeux, des raideurs dans la nuque, un besoin incessant de changer de position sur le siège. Quand on ressent tout ça, c’est qu’on est fatigué et qu’on a besoin de faire une petite pause. Il faut s’arrêter, c’est tout simple. Sur autoroute, il y a des aires toutes les 10 minutes. Il faut effectivement se détendre, éventuellement faire une petite sieste, prendre un café et ensuite repartir. Cette pause vous permettra de ne pas vous endormir au volant.

Les coffres sont pleins lorsqu’on part en vacances donc les véhicules sont plus lourds et les distances de freinage plus longues. Est-ce que ces paramètres favorisent l’accidentologie l’été ?

En tout cas, il faut bien préparer son véhicule avant de partir, être sûr que la voiture est correctement chargée, de manière équilibrée. Il ne faut pas avoir trop de charges non plus sur le toit et bien arrimer tout ce que vous pouvez mettre dans la voiture de manière à ce qu’elle vous permette de freiner en toute sécurité.

Il y a aussi des idées reçues, notamment sur le café ou les boissons énergisantes, tous ces stimulants que l’on peut prendre en se disant que ça nous permettra de conduire 1h de plus sans s’arrêter. Le café n’est pas bon quand on est volant ?

Écoutez, la café pourquoi pas, mais ça ne peut pas être la seule solution. Ce qu’il faut vraiment, c’est faire une petite pause, sortir de la voiture, s’aérer, respirer, boire quelque chose, faire éventuellement des petits exercices de manière à ce que vous vous sentiez beaucoup mieux en repartant.

Sur les autoroutes, les automobilistes croisent également des professionnels de la route en train de travailler sur les chaussées, ces fameux "hommes en jaune" qui pratiquent un métier à risque. Mesurez-vous un danger supérieur pour eux l’été ?

Le danger sur la route est permanent et effectivement il faut avoir le réflexe de ralentir quand on croise une zone d’intervention où des hommes travaillent. Vous levez le pied, vous vous déportez bien en amont de la zone de travaux et comme ça vous pourrez passer à côté d’eux sans les mettre en danger. Il sont là pour travailler, pour protéger et pour mettre en protection des personnes qui seraient en difficulté. Il ne faut pas leur faire courir de risque supplémentaire.

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio