Carcassonne : "Nous sommes désespérément à la recherche de matériel"

Le Dr Hélène Sentenac-Mourou, médecin généraliste à Carcassonne,
était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 31 Mars. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

KAREN BLEIER - AFP/Archives

Toujours pas de masques… L’appel d’une médecin de Carcassonne sur les réseaux sociaux se répand.

 

Des masques qui arrivent au compte-gouttes

"C’était pour témoigner du manque de matériel et de masques à usage jetable. J’ai pensé que le secteur de l’agro-alimentaire pourrait, par solidarité, en partager une partie", explique le Dr Hélène Sentenac-Mourou, médecin généraliste à Carcassonne. A-t-elle reçu des réponses positives à son appel ? "Quelques réponses, c’est en cours. Beaucoup de personnes ont déjà mis ce matériel à disposition des soignants autour de chez eux."

 

"Je ne sais pas s’il en reste dans les collèges, les lycées, vu que la réglementation l’exigeait, qui ne seraient pas à disposition de la médecine de ville et qui pourraient l’être." Que disent les autres médecins généralistes ? "Nous avons reçu quelques masques mais cela arrive au compte-gouttes. Nous avons reçu 17 masques la semaine dernière, des FFP2. Les infirmières n’en ont pas reçu. Pour ma part j’ai reçu un don de masques FFP3."

Toute la médecine de ville en a besoin

Que disent les autorités administratives ? "Elles répondent qu’elles font de leur mieux, que les masques sont en cours d’acheminement. Nous commençons à en avoir un petit peu. Ces masques, les patients en ont aussi besoin pour ne pas diffuser l’épidémie, et ils ne sont pas disponibles en pharmacie pour eux. Pourtant, le port de ces masques est recommandé par les autorités sanitaires, mais, on ne peut pas mettre en mettre à disposition des malades."

Dans la région, l’épidémie gagne-t-elle du terrain ? "Elle a débuté il y a plusieurs semaines, dans l’Aude, mais sans véritable pic. Les choses sont très différentes d’un territoire à l’autre. Ici, les premiers clusters sont apparus début mars." Comment l’aider dans ce contexte de pandémie ?
"Les auditeurs qui nous écoutent peuvent se rapprocher de leur médecin et de leur infirmière libérale qui est dans la même situation. Tous ceux qui pratiquent la médecine de ville ont besoin de matériel."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !