Bernard Rougier : "Il y a une mise en équivalence entre l'Arabie du VIIe siècle et la France du XXIe siècle"

Bernard Rougier, professeur à l'université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, directeur du Centre des études arabes et orientales, auteur du livre "Les territoires conquis de l'islamisme" (éditions PUF) était l’invité d’André Bercoff, mardi 21 janvier sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Bernard Rougier invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Une cartographie classée "secret défense", établie par la DGSI a révélé que 150 quartiers en France seraient tenus par les islamistes. Un chiffre inquiétant qui conforte le dernier livre écrit par Bernard Rougier Les territoires conquis de l'islamisme. 

 

Un écosystème en place dans nos quartiers

Pour Bernard Rougier, la production d'islamistes dans ces quartiers n'est pas un hasard. "Il y a un contexte, un milieu de vie", juge-t-il. "Ceux qui passent à la violence terroriste sont socialisés dans ce contexte", insiste le professeur qui perçoit "la diffusion de représentations très négatives de la société française, de l'Europe et des institutions". Concrètement, les consignes sont claires : "N'allez pas voir un ami juif, chrétien ou musulman non pratiquant ou non salafiste. N'allez pas voter, faites bien attention à bien voiler vos filles".

Pour l'auteur, cet écosystème "entretient l'entre-soi, une construction du nous en opposition avec eux, ceux qui ne nous ressemblent pas". Une violence symbolique observe-t-il, qui, si elle n'est pas prônée, "certains vont tirer des conclusions de ce qu'ils auront entendu", alerte Bernard Rougier pour qui "il y a une interaction entre les contenus des vidéos, Internet et la vie réelle", estime-t-il, ne reconnaissant pas la thèse de loup solitaire quelques fois avancée. "Dans les messageries cryptées, vous rentrez par reconnaissance réelle", appuie-t-il.

Une idéologie installée depuis 15-20 ans

Pour Bernard Rougier, les islamistes sont surtout sous le joug de l'idéologie. "On prend une fiction pour une réalité, c'est-à-dire croire ce qu'on perçoit ce qu'en réalité on imagine", estime-t-il. "On se fabrique sa propre réalité et on se voit comme étant soi-même dans le grand récit islamique", observe le professeur. "Celui qui va tuer l'équipe de Charlie Hebdo se compare aux compagnons du prophète qui ont tué ceux qui se seraient moqués du prophète de l'islam". Et quand, sans entrer dans la violence, "on va faire un footing autour d'un lac, on prépare déjà son corps à une action militaire, à devenir les défenseurs de la Oumma", note le directeur du Centre des études arabes et orientales. Pour lui, "il y a une mise en équivalence entre l'Arabie du VIIe siècle et la France du XXIe siècle, qui justifie cette violence". 

Ce phénomène s'explique, selon Bernard Rougier, par une "dynamique idéologique qui a mobilisé tout le monde musulman ces quarante dernières années". Et pour trouver des solutions, autant faut-il s'attaquer aux véritables problématiques, "on ne peut pas comprendre ce qui se passe au nord de la méditerranée si on ne comprend pas ce qui se passe au sud", estime-t-il. "Les jeunes redéfinissent les frontières de l'appartenance et de la mécréance. Ce sont des groupes idéologiques qui se sont installés il y a 15-20 ans", remarque l'auteur du livre.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !