Aurélien Taché : "Quand on parle d'immigration ou d'islam, on arrive tout de suite en terrain miné"

Aurélien Taché, député du Val d'Oise, co-président des Nouveaux Démocrates et co-auteur de "Nativisme" (Éditions Les Petits Matins), était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 7 octobre sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h15.

Aurélien Taché, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 7 octobre, dans "le petit déjeuner politique".

Aurélien Taché : "Il y a un certain nombre de choses qu'il faut réexpliquer"

Alors qu'un nouveau sondage place pour la première fois Éric Zemmour en capacité de se qualifier pour le second tour, s'il est candidat à l'élection présidentielle, Aurélie Taché publie un livre pour, en quelques sortes, lui répondre sur ses thèmes, basé sur le concept de "Nativisme". "C'est l'idée que plus vous seriez dans un pays depuis longtemps, plus vous y avez de droits", explique Aurélien Taché. "Un très bon exemple de ce que peut donner ce type d'idéologie, c'est quand Éric Zemmour dit que vous ne pourrez pas choisir les prénoms que vous voulez", illustre le député. "Il veut les prénoms les plus anciens en France, prévus dans le calendrier de 1803, ce qui vous interdit d'appeler votre fils Karim ou votre fille Nadia. C'est une logique où tout le monde, même s'il est Français, n'a pas les mêmes droits en fonction de sa culture, de sa religion, du temps de présence sur le sol français", souligne-t-il.

Aurélien Taché souhaite rompre avec tout ça. "Quand on est sur ces questions d'immigration, d'islam ou autre, on arrive dans le débat en France tout de suite en terrain miné", estime-t-il. "Il y a un certain nombre de choses qu'il faut réexpliquer, c'est pour ça que j'ai fait ce livre avec un chercheur", qui, comme le député, s'est fait "taxer d'islamogauchisme" pour avoir expliqué "qu'il y avait peut-être, aujourd'hui, dans la manière dont on parlait des musulmans en France et de la citoyenneté, un certain nombre de problèmes".

Pour Aurélien Taché, "quand quelqu'un arrive en France, à partir du moment où il respecte la loi et ces valeurs de liberté, égalité, fraternité, tout va bien". "Il y a tout un discours qui s'est développé et qu'on entend à longueur de temps sur une espèce de confusion entre islam et islamisme. On fait croire que l'islam serait plus qu'une religion, qu'on ne peut pas être Français, respecter les lois françaises, les droits de l'homme et être musulman, c'est complètement faux !", s'indigne le député du Val d'Oise. "Ça fait dire à Gilles Platret que les musulmans chassent les Français des quartiers", fustige l'élu.

 

Aurélien Taché : "Il y a des vrais problèmes d'insécurité mais quand on les mélange à des problèmes d'identité, on raconte n'importe quoi"

Aurélien Taché vient des rangs de la gauche : or, Gérard Collomb et François Hollande ont déclaré : "aujourd'hui nous sommes face à face, aujourd'hui, il y a des partitions de territoires". "François Hollande a dit d'autres bêtises !", souligne le député. "Il peut y avoir des problèmes dans un certain nombre de quartiers mais dans l'immense majorité des cas, les jeunes Français se marient entre eux quelle que soit leur culture, leur origine, leur religion", assure le parlementaire. "Michel Onfray nous fait croire que le cosmopolitisme est un truc de bobo, ce n'est pas vrai ! Dans les campagnes, je vois tous les jours des jeunes gens de milieu modeste qui n'ont pas forcément les mêmes origines familiales en termes de culture, d'origine, de prénom, qui se marient, qui font France !", rapporte-t-il.

"Il y a à longueur de temps des gens qui essaient d'instrumentaliser les quelques problèmes qu'il peut y avoir, qu'il faut régler, pour dire que tous les musulmans seraient problématiques", déplore Aurélien Taché qui reconnaît "des vrais problèmes d'insécurité mais quand on les mélange à des problèmes d'identité, on raconte n'importe quoi". Pour lui, "ce sont des problèmes de moyens de la police et de fonctionnement de la justice, ce n'est pas lié à la culture ou à l'origine des gens". D'après le député, "cela vient de l'ancien ministre de l'Intérieur qui, en 2005, a affirmé qu'on se débarrasserait de cette bande de racaille, c'est à partir de ce moment-là que ça bascule, qu'on commence à mélanger l'identitaire et le sécuritaire".

 

"Il y a des gens qui quittent ces quartiers pour plein de raisons"

Après les propos chocs du porte-parole LR, Gilles Platret qui alertait sur une "épuration ethnique dans les quartiers", Aurélien Taché confirme saisir la justice. "On a adressé hier une saisine au procureur", révèle-t-il. "L'épuration ethnique, ce sont les massacres au Rwanda, les Ouïghours dans les camps en Chine, est-ce que les Français musulmans s'en prennent aux Français non-musulmans pour les massacrer et les épurer ethniquement ?", interroge le député qui craint que ces propos puissent conduire "à des actes de violences contre les musulmans, voire à des attentats contre eux". Le parlementaire entend faire "stopper ces discours".

S'il ne dédaigne pas des problèmes dans les quartiers, le député reconnaît "qu'il y a des gens qui quittent ces quartiers pour plein de raisons". "J'ai les moyens, j'ai réussi ma vie, je n'ai pas envie de rester vivre dans un quartier où les logements sont insalubres, où l'école n'est pas bonne", confie Aurélien Taché.

Dans ces mêmes quartiers, de plus en plus de personnes dénoncent un "racisme anti-blanc". "Que des gens, parce qu'ils sont blancs puissent à un moment donné se faire insulter, agresser ou quoi, ça existe", admet l'élu qui ne veut pas forcément y voir du racisme. "Le racisme c'est 'est-ce que vous avez telle couleur de peau ou tel prénom, ça va vous empêcher d'accéder à un job, à un logement", explique-t-il en affirmant qu'en France "ça n'arrive pas".

 

"À part l'écologie politique, qui mène le combat pour les libertés et contre les discriminations ?"

Après avoir quitté le Parti socialiste, puis Emmanuel Macron pour ensuite soutenir Éric Piolle, puis désormais Yannick Jadot, le député du Val d'Oise se justifie par ces combats qui lui tiennent à cœur. "Aujourd'hui, à part l'écologie politique, qui mène le combat pour les libertés et contre les discriminations ?", interroge l'élu. Un soutien à Yannick Jadot, aussi capable qu'Éric Piolle, de "rassembler les déçus du macronisme jusqu'à Jean-Luc Mélenchon", aux dépends d'Anne Hidalgo. "Les socialistes ne proposaient plus grand chose, n'arrivaient pas à se remettre en question et n'étaient plus en phase avec ce qu'attend notre jeunesse, sur le climat, les discriminations", rapporte Aurélien Taché.

La troisième dose obligatoire proposée pour les soignants ne convint pas tout à fait à Aurélien Taché qui est "contre tout ce qui est mesure de stigmatisation ou de contrainte". Selon lui, la campagne de vaccination devrait avant tout être de "convaincre". "On fait quelque chose de contre-productif pour la vaccination", déplore-t-il, souhaitant que l'on laisse, dans les établissements, "les médecins convaincre leurs propres collègues".

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !