Il y a une dizaine de jours, une riveraine du quartier Saint-Agne à Toulouse a trouvé une mue de serpent dans son jardin. Celle d’un boa constrictor plus précisément. Depuis, deux autres mues ont été découvertes mais toujours pas de serpents. Le propriétaire du jardin, Emmanuel Grimaut témoigne au micro de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur Sud Radio.

Découvrir des mues de serpents dans son jardin est original constatent Patrick Roger et Cécile de Ménibus. Racontez-nous demandent-ils à cet habitant de Toulouse. « Nous avons découvert une première mue repliée sur elle-même dans notre jardin. Après l’avoir dépliée délicatement, nous l’avons mesuré et elle était longue de 2,30 mètres. Nous avons contacté les pompiers mais ceux-ci ne se déplacent que pour des animaux vivants. Ils nous ont aiguillé vers SOS serpents. Un herpétologue est venu et c’est lui qui a confirmé qu’il s’agissait d’un Boa constrictor.

Il paraît que d’autres mues ont ensuite été découvertes insiste Patrick Roger. « Nous avions prévenu notre voisine à savoir que des serpents étaient en liberté dans notre quartier. Et quelques jours plus tard elle a, elle-même trouvé deux mues. Une de 2,40 mètres plus grande que la notre et une petite. Alors comme les trois mues ne peuvent pas venir du même animal plusieurs serpents seraient en liberté » raconte Emmanuel Grimaut.

Mais où sont les serpents ? Pour les spécialistes, les serpents ne doivent pas être loin car la mue demande un gros effort au reptile qui est de ce fait très fatigué les jours suivants. Il s’agit d’animaux carnivores. Paniquez-vous ? S’inquiète Patrick Roger. Emmanuel Grimaut : « Nous avons cherché partout dans le jardin et la maison. Nous sommes très prudents et méfiants. D’après les spécialistes notre jardin luxuriant est « idéal » pour un serpent. Et pourtant le Boa constrictor est originaire d’Amérique qui se nourrit de proies vivantes comme les rongeurs, les gros lézards ou les oiseaux. La question est d’ou viennent t-ils ? Ce sont t-ils échappés de vivarium ou ont-ils été déposés intentionnellement ? des gens abandonnent leurs animaux de compagnie l’été, c’est peut le cas ! »

Depuis ces découvertes dans les jardins toulousains aucune disparition de boa n’a été signalée. Pour certains spécialistes comme Mickael Nicolas, coordinateur au sein de l’association Occitanie nature, il se pourrait « que ce soit un canular »

A ce jour, Le mystère reste entier.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio