Acte 45 redouté par les commerçants parisiens, convergence jaune et verte espérée à Marseille

Les gilets jaunes se donnent rendez-vous ce samedi. Plus de 50 unités de forces de l’ordre sollicitées à Paris pour un total de 8000 policiers et gendarmes. Certains lieux habituellement ouverts lors des Journées du patrimoine seront fermés. Des commerçants se montrent inquiets et désabusés. Un acte 45 qui doit coïncider avec la marche pour le climat à Marseille.

(JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Reportage Sud Radio de Grace Leplat

 

Serge possède un magasin de haute couture à côté des Champs Elysées. Depuis le début du mouvement, sa clientèle a déserté: "Depuis le début de l'année, je ne travaille plus. C'est général, la rue est sinistrée. En face, il a fermé. De l'autre côté de la rue Marbeuf et après François 1er, vous avez encore encore deux magasins qui sont vides. C'est dû aux gilets jaunes". Plus haut, les commerçants ont subi la casse. Comme Jordan, qui venait d’ouvrir son restaurant de bagels: "destruction complète de l'établissement. Tout était cassé, les frigos retournées. Ils ont volé l'argent dans le coffre, ils ont pris l'Ipad, les caisses, ils ont pris nos télés. Puis c'était casser pour casser."

 

Évacuation des motos

Frank se prépare à barricader son magasin de moto, précédemment ravagé par les Gilets jaunes: "Fermeture complète du magasin, déménagement des motos dans des endroits sûrs, barricader les vitrines, et fermeture. L'Etat n'a rien aidé du tout, c'était du pipot comme d'habitude. Il a fallu qu'on se batte avec nos assurances pendant des mois et des mois pour réussir à se faire rembourser une partie." L’Etat avait promis d’étaler le paiement de la dette fiscale des entreprises touchées par le mouvement des Gilets jaunes et une remise partielle ou totale des impôts directs pour les cas les plus graves.

 

Gilets jaunes et climat à Marseille

Il n’y a pas qu’à Paris que les gilets jaunes comptent donner de la voix.  Du côté de Marseille, les choses se précisent.  Du jaune et du vert sur le Vieux Port demain, car là aussi les gilets jaunes se rassembleront en même temps que la Marche pour le climat.

Reportage Sud Radio de Lionel Maillet à Marseille

 

Comme beaucoup de gilets jaunes marseillais Luc aurait bien aimé monter à Paris, mais "je n'ai pas les moyens" explique t-il.  Peu importe, car  ici  comme dans la capitale  l’idée est là même: faire converger  les luttes. "Une convergence par rapport aux climats, et tout ce que revendiquent les gilets jaunes".  Et ce n’est pas que pour faire grossir les chiffres des cortèges. Le lien avec les écologistes est évident insiste cette enseignante à la retraite: "Le climat, ça nous concerne tous. Une transition écologique, mais qui soit sociale. Ce qui nous a scandalisé, c'est que la taxe sur les carburants n'allait pas à la transition écologique mais directement dans le budget de l'Etat. Et qu'en plus, on ne taxe pas le kérosène, les entreprises polluantes..."

Une manifestation de gilets jaunes à Marseille en avril. (GERARD JULIEN / AFP)

 

Gilets jaunes, écolos... et syndiqués?

La colère n’est pas que verte, il  y a aussi la reforme des retraites.  Francis l’ancien éducateur espère un  large front commun: "Espérer que des syndiqués descendent également dans la rue. On souhaite la convergence avec tous ceux qui sont contre ce système, qui disent que c'est pas possible. Macron ne lache du lest que pour donner l'autorisation à la police de nous taper dessus". Quelle mobilisation à Marseille ? Réponse ce samedi à 14h sur le Vieux Port.