Abdennour Bidar : "la laïcité n’est pas l’ennemie de la spiritualité"

André Bercoff recevait, lundi 13 septembre sur Sud Radio, le philosophe musulman Abdennour Bidar, pour ses travaux sur la laïcité en France, dans son émission "Bercoff dans tous ses états" de 12h à 13h.

Abdennour Bidard, était l'invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Génie de la France : Le vrai sens de la laïcité, voici le titre du dernier livre du philosophe Abdennour Bidar, publié aux éditions Albin Michel. Il était l’invité, lundi 13 septembre, d’André Bercoff dans l’émission "Bercoff dans tous ses états". Un livre dans lequel Abdennour Bidar fait le pari d’aller au-delà du religieux, pour atteindre le spirituel. "La laïcité ne sépare le politique et le religieux que pour mieux relier le spirituel et le politique", explique-t-il en début d’émission.

La laïcité, la garantie d'être libre

Une thèse que le philosophe admet volontiers être étrange, paradoxale voire inédite. "La laïcité n’est pas l’ennemie de l’esprit ou de la spiritualité, mais c’est la garantie pour nous tous d’être libres sur le plan politique aussi bien que sur le plan spirituel. C’est la laïcité qui nous permet d’être ce que nous voulons être, avec notre propre esprit critique", explique le philosophe à l’antenne de Sud Radio.

"Mon livre n’est évidemment pas anti-religieux. La France n’est pas un pays anti-religieux, mais c’est un pays de libre pensée. Et c’est quelque chose de très important. Nous les Français, nous ne voulons pas nous soumettre, ni à une idéologie religieuse, ni à une idéologie politique. Nous sommes anti-dogmatiques. Il suffit qu’on nous demande d’obéir à quelque chose qui exerce sur nous une domination pour que l’on se rebelle. C’est comme cela que nous avons construit notre imaginaire. C’est hyper positif, à condition que l’on ait la lucidité du non", ajoute Abdennour Bidar.

"Nous nous sommes laissés dresser les uns contre les autres"

Ce dernier constate que les Français sont actuellement dans un déficit énorme par rapport à nos valeurs fondatrices : la liberté, l’égalité et la fraternité. "Nous ne sommes plus du tout à la hauteur de la promesse républicaine", lance-t-il. Une situation de fait qui provoque un certain nombre de ressentiment, voire de colère, chez un certain nombre de populations "qui sont dans une situation de relégation sociale".

Abdennour Bidar rappelle ainsi le contexte dans lequel la France évolue depuis quelques années, "un temps politique long" marqué par l’islamisme, les Gilets jaunes, le Covid-19. "Nous n’avons pas arrêté de nous dresser les uns contre les autres". Une situation encouragée par certains, rappelle André Bercoff. "Il y a toujours des joueurs de flûte qui sont là pour exploiter des peurs, des rejets, des haines, au service de leur idéologie", répond le philosophe, qui en veut à la passivité des Français sur ce domaine. "Nous nous sommes laissés dresser les uns contre les autres", affirme-t-il.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !