Abandons d'animaux : "Les chiffres sont inacceptables"

Jean-François Legueulle, délégué général de la Fondation 30 millions d'amis
Jean-François Legueulle, délégué général de la Fondation 30 millions d'amis PASCAL LACHENAUD / AFP

Chaque année à cette période, c'est la même histoire : le nombre d'animaux abandonnés monte en flèche. Jean-François Legueulle, directeur général de la Fondation 30 millions d'amis était l'invité de la matinale de Sud Radio pour en parler. 

Comme chaque été, le nombre d’animaux abandonnés explose. Une triste réalité rendue possible par ceux qui associent vacances et délaissement. Cette année encore, les refuges sont saturés : "malgré les campagnes de sensibilisation, on fait face à 100 000 abandons par an dont 60 000 en été. Les chiffres ont baissé depuis 30 ans, mais ça reste inacceptable" se désole Jean-François Legueulle, délégué général de la Fondation 30 millions d’amis. D’autant qu’abandonner son animal n’est pas un geste anodin mais bien un acte répréhensible et puni par la loi. Deux ans de prison et 30 000 euros d’amende, tels sont les risques encourus selon le code pénal.

Que se passe-t-il quand un animal délaissé est retrouvé ? "L’animal doit passer huit jours en fourrière. Pendant ces huit jours, la fourrière va essayer de retrouver le propriétaire de l’animal grâce à sa puce, son collier… Si le propriétaire est retrouvé, il reçoit un courrier lui expliquant qu’il s’expose à deux ans de prison et 30 000 d’amende. Généralement, le propriétaire vient le chercher, mais ce n’est pas forcément la meilleure solution si à la base il souhaitait l’abandonner… Et si la fourrière ne retrouve pas le propriétaire, alors l’animal pourra être confié à un refuge qui le placera à l’adoption", explique Jean-François Legueulle.

Comment éviter ces abandons à répétition ? "La première chose, c’est de responsabiliser" selon le délégué général de 30 millions d’amis. En d’autres termes, il s’agit de faire comprendre via des campagnes de sensibilisation par exemple, qu’adopter un animal n’est pas un acte à prendre à la légère. "Les gens craquent sur un chiot ou un chaton, mais ils ne se rendent pas compte que l’animal va les accompagner pendant 10-20 ans !" s’exaspère celui qui compte désormais sur les nouvelles générations pour enrayer cette routine estivale.

En France, c’est 1 foyer sur 2 qui possède un animal de compagnie. Et en ce début de mois d’août, tous les refuges sont d’ores et déjà surchargés.

>>>> Réécoutez l'interview de Jean-François Legueulle

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Aubert nanou
- Mardi 7 août 2018 à 14:21
Inacceptable de jeté son Animal pour quelques jours de vacances...l HUMAIN qui Abandonne et une POURRITURES et je leurs Souhaitent le pire à venir pour ses ORDURES....car l animal souffre affreusement 😢INTOLÉRABLE et PUNIR SÉVÈREMENT et surtout les voisins ne resté pas indifférent dénoncé ceux qui rentre sans leurs compagnon 🤔je suis ÉCOEURÉ....
Gillé
- Mardi 7 août 2018 à 15:13
Je veut que Tout ceux qui abandonne leurs chien ou les maltraiter ou pire soye puni sévèrement car un animal c'est un être vivant comme nous c'est deguéulasse de faire sa arrêté tout sa ne devrait pas exister j'espère que sa va changer il le faut pour tout ses loulous

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio