• Voulez-vous un « dog sitter » à domicile pour garder votre chien ?

    Soumis par Lorraine Rdd le Jeudi 17 janvier 2019 à 09:59
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Un des problèmes quand on a un chien est de le laisser seul. Mais solution, on aurait inventé une sorte "dog sitter" à domicile. Est-ce bien sérieux ?

    C’est une petite merveille de technologie qui devrait aider les propriétaires de chiens. C'est une caméra qui permet au maître de communiquer avec son animal de compagnie à distance !

    Du New York Times à la CNBC, de nombreux médias américains se sont empressés d’applaudir cette Furbo Dog Camera conçu avec des vétérinaires et des dresseurs professionnels. Le but : lutter contre l’ennui et la solitude du chien qui se retrouve 8h de suite dans l’appartement pendant que vous allez travailler.

    Mais attention, ce n’est pas qu'un joli objet design ! Cette caméra intelligente vous permets de suivre votre chien sur votre téléphone mobile, même la nuit, grâce à une fonction Vision Nocturne. Il vous est possible également de lui lancer des friandises, de lui parler et d’écouter ce qu’il se passe. Il y a par exemple un mode d’alerte aboiement. Vous recevez un sms quand votre chien aboie ce qui vous permet aussitôt de lui parler pour le calmer.

    Ce gadget coûte environ 200 euros sur internet ! Mais rappelons-le tout de même, cela n’empêche pas de s’occuper et de sortir son chien ! On peut avoir la tentation d’entourer nos animaux de technologies ce qui n’est pas forcément positif .

    Ou alors ... On peut préférer la technologie à la nature et plutôt qu’avoir un gentil labrador, opter pour le chien robot, le fameux Aibo de Sony qui est en vente aux Etats-Unis depuis septembre pour 2500 euros ! Que fait-il ? Rien à part reconnaître votre visage et votre voix et vous obéir. Rien de plus qu’un chien normal ! Et pourtant il est en rupture de stock au Japon et aux USA. Une chose est sûre, c'est que ces chiens-là, nous avons peu de risques de les retrouver sur le bord de la route ou à la SPA !

    FacebookTwitter
  • Et si on arrêtait de s’épiler et de laver ses sous-vêtements ?

    Soumis par Lorraine Rdd le Mercredi 16 janvier 2019 à 11:18
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Une étudiante anglaise a fait le buzz en proposant de ne plus s’épiler durant tout le mois de janvier. Une marque denoise a également lancé des sous-vêtements que nous pouvons porter plusieurs semaines sans les laver. C’est quoi l’idée ?

     

    Laura Jackson a en effet lancé un défi sur le réseau social Instagram : le défi Januhairy ou « janvier poilu », qui consiste à ne plus se raser ou s'épiler. Elle explique avoir dû arrêter de s’épiler pour ses études de théâtre et avoir eu une révélation. Se sentir libre, s’aimer comme on est, adopter une vie plus naturelle et nous aider à nous sentir bien dans notre peau avec nos qualités et nos défauts.

    Pas sûre que tout le monde apprécie cette démarche ! En effet, Laura Jackson a reçu beaucoup de critiques, à commencer par sa propre mère. Mais son message est simple : pour comprendre il faut tester !

    Dans la série des tabous, voici les sous-vêtements que nous pouvons porter plusieurs semaines sans les laver ! Ca vient de sortir ! Cette fois-ci la démarche est écologique et vient d’une marque de sous-vêtement danoise, Organics Basics, qui pour éviter toute consommation d’eau par le lavage quotidien de nos sous-vêtements a créée cette nouvelle ligne.

    Heu… côté hygiène, ce n’est pas très ragoûtant ! La marque explique que contrairement aux culottes normales qui se transforment rapidement en nid à bactéries au contact de notre peau, celles-ci sont conçues pour l’empêcher grâce à une composition d’argent, qui est un agent anti-bactérien. On comprend bien l’argument écologique, par contre pour le reste, la propreté et les odeurs ...  voici une info à suivre…. A la trace !

    FacebookTwitter
  • Enfin de bonnes nouvelles pour l’environnement !

    Soumis par Lorraine Rdd le Mardi 15 janvier 2019 à 10:59
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Enfin une bonne nouvelle concernant le réchauffement climatique ! On aurait découvert une sorte de détergent pour nettoyer le gaz à effet de serre. Est-ce sérieux ?

     

    C’est en effet, une découverte importante de la NASA. Le site Futura explique qu’il s’agit en plus d’une molécule très simple, donc rien de lourd ou d’onéreux, une molécule capable de nettoyer le méthane dans l’atmosphère et, mieux encore, qui peut s’auto-recycler grâce à la pollution. N’en jetez plus, l’affaire est trop belle ! Ce radical hydroxyle OH, est un gaz qui chaque année, fait «disparaître » 450 à 500 millions de tonnes de méthane, soit 90 % des émissions annuelles. Il est justement très présent là où on trouve des concentrations de CO2 donc on craignait qu’il ne s’épuise. Ô surprise, après des années d’observation, on constate qu’il est toujours bien là à jouer le rôle de monsieur propre de la pollution !

    Ça pourrait être une solution pour contrer la pollution, même si les scientifiques nous rappellent,malgré tout, que ce n’est pas une raison pour continuer à polluer mais qu’il s’agit d’une piste très intéressante pour nous redonner de l’espoir. Autre bonne nouvelle, une jeune kenyane, Beth Koigi, a conçu un système pour transformer l’humidité de l’air en eau potable. On sait que l’un des problèmes de demain est l’accès à l’eau potable ce qui cause des milliers de morts chaque année. Quand Beth Koigi est allé faire ses études à l’université au Kenya, elle a été effarée de n’y trouver que de l’eau contaminée. Du coup, en quelques mois elle a inventé son appareil.

    Il fonctionne comment ? Majik Water, c’est son nom, est un filtre à eau tout simple. Beth Koigi explique sur le site de Géo qu’il y a six fois plus d'eau dans l'air que dans toutes les rivières de la planète. Et que cette eau n’est pas exploitée. Elle capture donc cette eau grâce à des matériaux hydrophiles et déshydratants comme du gel de silice qui est ensuite chauffé à l'aide d'énergie solaire fournie par des panneaux photovoltaïques pour libérer de la vapeur d'eau. Vapeur d’eau qui est ensuite condensée et filtrée en utilisant du charbon actif. Un premier prototype a été testé avec succès et cet appareil permettra pour un prix très bas, et même si on n’a pas de réseau électrique, donc dans des régions éloignées et pauvres, de boire une bonne eau potable.

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio