Rugby – Top 14 : Pierre-Yves Revol (Castres) « Si la Ligue avait pris une décision plus tôt, elle aurait été critiquée »

Ce samedi, au micro de Xavier Barret, de Julien Plazanet et d’Arnaud Rey, le président du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol, a passé en revue les sujets qui entourent l’actualité du rugby français suite à l’arrêt de cette saison de Top 14.   Sur la situation économique du rugby français et du Castres Olympique : « Les difficultés […]

Castres team President Michel Dhomps (L) and team president Pierre-Yves Revol (R) carry the Top 14 championship "Bouclier de Brennus" trophy on June 2, 2013, at the Soult square in Castres, during a celebration of Castres' victory over Toulon in the Top 14 rugby final at the Stade de France in Paris the previous day. AFP PHOTO / REMY GABALDA (Photo by REMY GABALDA / AFP)

Ce samedi, au micro de Xavier Barret, de Julien Plazanet et d’Arnaud Rey, le président du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol, a passé en revue les sujets qui entourent l’actualité du rugby français suite à l’arrêt de cette saison de Top 14.

 

Sur la situation économique du rugby français et du Castres Olympique :

« Les difficultés sont de partout, dans les grandes entreprises, les moyennes et souvent dans les petites entreprises. Et dans les clubs en conséquence. Si la situation des clubs est très difficile, et très particulière au regard de leur structure d’exploitation, les clubs ne sont pas les seuls en première ligne. Il faut affronter ces difficultés comme les affronte l’ensemble de nos concitoyens. (L'impact au CO ?) Peut-être un peu moins que dans certaines villes où la structure de budget est plus fondée sur les recettes du public. Quand vous êtes très dépendant d’un vaste public, vous êtes encore plus affecté par la situation actuelle qui est susceptible de perdurer. Après je relativise car tout le monde est en difficulté. »

Sur la conduite à tenir vis-à-vis des partenaires économiques du CO :

« Nous sommes en train de prendre contact avec les uns et les autres mais avec beaucoup de pudeur. Nous sommes dans une période où la priorité n’est pas au sport. Dans la vie des gens et des entreprises, la priorité est de redémarrer une activité. Tout ce qui est sponsoring sportif, ce n’est pas vraiment prioritaire… Il va falloir être très prudent dans notre approche. Le rugby est tellement important à Castres et pour ce territoire que les gens feront leurs meilleurs efforts pour que ça continue comme hier. Je le pense. Ça ne se fera pas du jour au lendemain mais progressivement. On va essayer de trouver le meilleur accord possible. »

Sur le fait que la LNR a acté la fin du Top 14 ce 30 avril :

« Si on avait pris des décisions beaucoup plus tôt, la Ligue aurait été critiquée par certains avec encore plus de véhémence, au motif qu’ils se sentaient lésés. Il fallait laisser la décision mûrir, qu’elle soit prise au regard d’un contexte mieux cerné et surtout de réalités sanitaires explicitées. Dès lors que les éléments d’informations étaient en possession de la Ligue, elle était en mesure de prendre position. Auparavant, elle a étudié des scénarios qui dépendaient des dates de reprise des entrainements et des compétitions. Elle ne pouvait pas aller plus vite que la musique. On nous l’aurait reproché. »

Sur une éventuelle candidature à la présidence de la LNR ?

« J’ai lu ça dans quelques gazettes… Aujourd’hui ce n’est pas une question d’actualité. J’ai d’autres priorités, ne serait-ce que résoudre les problèmes dans mon club. J’appartiens aussi à un grand groupe qui a aussi un passage compliqué à gérer. J’essaie de participer autant que possible aux réunions des présidents de clubs et de la Ligue, d’apporter ce que je peux apporter et j’essaie de le faire assez discrètement (…). »

 

Un passage à réécouter dans son intégralité ici :