Wallerand de Saint-Just (FN) : "Il est possible que l’abstention nous favorise"

Trésorier du FN et conseiller régional d’Île-de-France, Wallerand de Saint-Just était l’invité ce vendredi de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale. Selon lui, une forte abstention pourrait favoriser Marine Le Pen au second tour, mais ce serait un calcul risqué.

"Il est possible que cela nous favorise". Sur le plateau de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier avec la presse quotidienne régionale, le trésorier du Front national, Wallerand de Saint-Just, a évoqué le second tour de l’élection présidentielle le 7 mai prochain et les perspectives de victoire de Marine Le Pen. "Mais nous n’appelons pas à l’abstention, nous demandons à tous les électeurs de se déplacer et de voter Marine Le Pen. Ce serait un calcul dangereux que de miser sur l’abstention", a-t-il toutefois précisé.

"Jean-Luc Mélenchon, un très bon orateur avec beaucoup de culture"

Le conseiller régional (FN) d’Île-de-France a également eu des mots élogieux pour Jean-Luc Mélenchon, dont l’électorat pourrait être décisif la semaine prochaine. "On peut réutiliser ses formules, c’est un très bon orateur qui a beaucoup de culture", a-t-il déclaré avant de revenir sur l’utilisation récente par le FN de… Jean Jaurès. "Déjà il y a 20 ans, Louis Aliot faisait une affiche avec cette formule magnifique : "Que reste-t-il aux pauvres quand ils n’ont plus rien ? La patrie". Nous vivons avec cette phrase-là, et Jean Jaurès a été un homme politique extraordinaire", a-t-il justifié. Selon lui, Jean-Luc Mélenchon a raison de ne pas transmettre de consigne de vote. "C’est une attitude tout à fait responsable, plutôt noble. Ce n’est pas un mouton de Panurge, il résiste et sait qu’il y a un nombre important de ses électeurs qui vont voter Marine Le Pen parce qu’ils sont issus des classes populaires", indique-t-il.

Nicolas Dupont-Aignan reçoit également les flatteries de Wallerand de Saint-Just, qui estime qu’il pourrait être un Premier ministre de Marine Le Pen. "Dans l’absolu, pourquoi pas ? Il en est capable, et un certain nombre de grands thèmes nous font nous rejoindre, notamment l’indépendance et la souveraineté de la France", explique-t-il.

"Nous souhaitons négocier avec l’UE pour leur dire non"

Le trésorier du FN a également rappelé le diagnostic fait par son parti sur le fonctionnement de l’Union européenne et ses conséquences en France, citant le cas de l’usine Whirlpool d’Amiens. "Le fonctionnement de l’UE est un échec pour la France. Il faut de la concurrence libre, mais loyale. Or, la concurrence, même à l’intérieur de l’UE, est totalement déloyale. Regardez Whirlpool : ils délocalisent car ils peuvent payer leurs ouvriers en Pologne 400 €. (…) Nous souhaitons négocier avec l’UE pour leur dire "non". L’Angleterre a obtenu plusieurs fois des autorisations exceptionnelles de protectionnisme pour certains de ses produits. Nous devons revenir à des règles et des pratiques favorables à la loyauté de la concurrence. (…) Même l’Allemagne nous fait une concurrence déloyale absolument insupportable", préconise-t-il.

Enfin, Wallerand de Saint-Just a également réagi à la polémique suscités par les propos négationnistes sur les chambre à gaz du régime nazi qu’aurait tenu par le passé Jean-François Jalkh, tout nouveau président du Front national. "Il a totalement démenti avoir tenu ces propos tels qu’on lui prête. Il exposait en réalité les thèses de véritables négationnistes, notamment Robert Faurisson, sans les approuver une seule minute. Je le crois parfaitement", a-t-il conclu. 


Invité : Wallerand de Saint-Just - Territoires... par publicsenat